En Afrique de l’ouest, depuis que les mouvements djihadistes sont en difficultés du côté du Mali, les opérations de ces hommes se font de plus en plus menaçantes vers les pays côtiers. Une alerte fait état de la présence des hommes armés dans la région de l’Est du Burkina près de la frontière togolaise depuis le 13 février dernier. 

En effet, selon plusieurs sources, les habitants des villages de Tibadi, Folpodi, Bonkada ou encore Oumpoundeni, ont été sommés par des groupes armés de déguerpir la zone. Selon nos confrères de la rfi, depuis le dimanche 13 février, les réseaux de téléphonie ne fonctionnent plus dans une partie de la région, les installations ont été sabotées par les groupes armés. Dans cette région de l’Est du Burkina, seule la commune de Pama, reste pour le moment encore sûre et c’est vers elle que les populations des villages environnants ayant reçu l’ultimatum  des  groupes armées, se dirigent. « Ils nous donnaient 24h pour quitter le village », indique un témoins à rfi. Un ex-élu local d’ajouter « Une vingtaine de jeunes de la commune de Pama ont été enlevés, mais six personnes ont été relâchées quelques heures après ».

Pendant ce temps, des  hommes armés non étatiques sont signalés non loin de la frontière togolaise notamment sur la route allant de Kompienga à la frontière du Togo. D’après plusieurs témoins, qui estiment que  »l’heure est grave  » dans la région car, « pour la première fois, des hommes armés non étatiques ont effectué une opération de contrôle sur la route allant de Kompienga à la frontière du Togo ». Ces opérations de contrôle consistent en effet, à la vérification des identités de toutes les personnes qui empruntent le tronçon et au retrait des moyens de déplacement. Il n’est pas un secret que les groupes armées djihadistes opèrent généralement à dos des motos.

L’inquiétude est grande au sein de la population car beaucoup pensent que l’objectif de ces hommes serait d’encercler la commune de Pama. A noter que plusieurs informations font état de ce que les mouvements djihadistes veulent étendre leurs menaces vers les pays côtiers notamment le Bénin, le Togo, le Ghana, la Côte d’Ivoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here