La traversée dans le désert continue toujours. Le mirage des films occidentaux fait que bon nombre de jeunes sénégalais, voire des adultes de tous les sexes, rêvent et s’activent pour émigrer vers l’Europe ou l’Amérique du nord. Tous les moyens sont bons pour partir, selon plusieurs jeunes.

« La traversée continue toujours parce que des gens veulent quitter chez eux pour des questions de sécurité, par exemple, c’est ce qu’on appelle les demandeurs d’asile, les réfugiés. Dans leur pays, ils sont sous haute tension et ils sont obligés de partir, ce sont des questions politiques, religieuses ou de  races » témoigne Adama Diallo, un migrant de retour. Il avait fait la traversée en passant par le désert pour rallier la libye. D’autres partent, dit-il, pour des raisons économiques.

La misère, un souci africain

Pour Adama Diallo, certains qui ne peuvent pas se nourrir par leur famille ou satisfaire leurs besoins sont obligés de partir pour chercher de l’emploi. Selon lui, ses gens sont obligés de passer la méditerranéen ; ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas au courant des dangers, en réalité, fait-il rappeler, ils vivent une situation de misère. « C’est pourquoi, beaucoup de jeunes ont pris le risque de traverser par la Méditerranée sachant qu’au-delà de la Méditerranée, les opportunités sont plus accessibles » tient-il à préciser. Pour Adama Diallo, ils auront la possibilité de gagner l’argent ou de travailler. En somme, les migrants sont emprisonnés, humiliés ou même assassinés. La cherté de la vie, la chômage et même un vent de xénophobie, leur corollaire, déferlent sur l’Occident. Et tout indique que ce n’est pas demain la fin. Il s’y ajoute que les efforts que nos émigrants y déploient appliqués chez eux, pourraient leur rapprocher, les rapprocher de leurs familles et créer de la plus-value pour leur pays. En tout état de cause, le phénomène des migrants est loin de s’achever, eu égard au comportement des uns et autres. Jusqu’ici, les gouvernements africains ne mènent aucune politique adéquate et efficace pour enrayer ce mal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here