Le franc CFA est une contre-valeur à parité fixe avec l’euro, dont la valeur est garantie par le Trésor public français. Un instrument de maintien des pays africains dans une situation de dépendance économique à contre sens de l’indépendance promise depuis les années 1960.

La moitié des réserves de changes des 14 pays africains utilisant le franc CFA est déposée à de la Banque de France. ( Soit une valeur de 500 millions d’euros par an).

L’impression du franc CFA se fait ainsi en France, dans la ville de Chamelières, par la Banque de France depuis sa création en 1945, au lendemain de la seconde guerre mondiale, jour où la France ratifie les accords de Bretton Woods signés par Charles de Gaulle,et procède à sa première déclaration de parité au Fonds monétaire internationale (FMI). A sa création, Il signifie « franc des Colonies Françaises d’Afrique » avant de connaitre de nombreuses mutations pour signifier aujourd’hui « Franc de la communauté française d’Afrique ».

Les populations africaines sont devenues depuis lors des esclaves d’un système monétaire frauduleux qui permet l’asservissement des pays utilisateurs de cette monnaie.

LES POPULATIONS AFRICAINES EXIGENT LA FIN DE CETTE MONNAIE DEPUIS TRÈS LONGTEMPS, MAIS LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS REFUSE, À CHAQUE FOIS. ETLES RARES PRÉSIDENTS AFRICAINS, QUI SOUHAITAIENT SORTIR DE CETTE EXPLOITATION MONÉTAIRE, SE FONT SYSTÉMATIQUEMENT ASSASSINÉS. LE CAS LE PLUS CONNUS, EST LE PRÉSIDENT TOGOLAIS, SYLVANUS OLYMPIO, assassiné le 13 janvier 1963 à Lomé quelques jours avant le lancement d’une monnaie togolaise . NOUS SOUHAITONS ATTIRER L’ATTENTION DES FRANÇAIS, QUE L’EXPLOITATION MONÉTAIRE MISE EN PLACE PAR LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS À TRAVERS LE FRANC CFA QUE SUBISSENT PLUS DE 200 MILLIONS D’AFRICAINS,  EST LA RAISON PRINCIPALE DU MANQUE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DES PAYS AFRICAINS, ET QUI POUSSE DES CENTAINES DE MILLIERS DE JEUNES À L’IMMIGRATION EN EUROPE.

À juste titre Jacques Chirac disait : «On oublie seulement une chose, c’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation, depuis des siècles, de l’Afrique. Alors, il faut avoir un petiCitAFRICAINEgoens. Qu’on rende aux Africains ce qu’on leur a pris.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here