30 juin 2019-30 juin 2021, il y a de cela deux ans jour pour jour que les togolais été aux urnes, plus de trente ans après pour élire les conseillers municipaux. Pour parachever ce processus de décentralisation enclenché, le gouvernement entend organiser les élections régionales. Il a ainsi mis en place un cadre inclusif de discussion et de dialogue entre les différentes forces politiques du pays. Dans une importante déclaration, le parti majoritaire au pouvoir, Union pour la République (UNIR), salue la mise en place de ce cadre et pointe du doigt les manœuvres dilatoires de certains partis qui ne sont pas de nature à favoriser l’inclusion souhaité par le chef de l’État Faure Gnassingbé dans la conduite de ce processus.

En effet, pour le parti majoritaire au pouvoir, Unir « Ce processus de décentralisation est appelé à se consolider avec la tenue des élections régionales, dont les résultats viendront compléter l’architecture des collectivités territoriales prévues par la constitution en vigueur. », lit-on dans la déclaration du parti rendu public ce jour. Le parti salue ainsi la mise en place depuis le mois de janvier 2021, le cadre de discussion et de dialogue qui regroupe plusieurs partis politiques de toutes tendances. Cadre dénommé Concertation nationale des acteurs politiques (CNAP). Selon la déclaration du parti signée de son Secrétaire Exécutif, Atcholi, « cette initiative du gouvernement reflète l’approche inclusive et consensuelle de la vie politique » du Togo prônée par le président Faure Essozimna Gnassingbé.

Par ailleurs, pour le parti UNIR « la concertation et le dialogue sont au cœur de la vie institutionnelle et politique du pays » et que dès lors que  ces circonstances où ces conditions sont créées pour permettre aux différents acteurs de contribuer sereinement à la consolidation de la démocratie participative, « il est préoccupant de noter qu’un parti politique associé aux discussions politiques dès la mise sur pied de la CNAP opte depuis plusieurs semaines pour une politique de la chaise vide » a déploré le parti à travers sa déclaration avant de se réjouir que « les effets de cette politique prônée par ce parti ne sont « malheureusement que trop connus » de nos compatriotes  précise le parti dans sa déclaration. Unir dans sa déclaration, note également que « les récentes prises de positions … de ce parti sont caractérisées par une absence de cohérence qui ne semble pas de bon augure pour la poursuite harmonieuse des concertations qui étaient pourtant bien engagées et semblaient devoir permettre aux parties prenantes d’entériner des avancées salutaires. », déplore le parti au pouvoir au Togo. Enfin, le parti Union pour la République (Unir) trouve légitime que l’on puisse avoir des positions divergentes dans un cadre d’échanges républicain. Mais pour Unir, ces positions divergentes, ne doivent être « prétexte à renoncer aux discussions. Au contraire, elles doivent constituer des points d’attention à aborder par l’ensemble des acteurs en vue de dégager des solutions consensuelles »

Pour rappel, initialement annoncées pour l’année dernière, les élections régionales au Togo devraient avoir lieu si toutes les conditions sont réunies, notamment les discussions au CNAP, au dernier trimestre de cette année 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here