Ce n’est pas un secret que le Togo chérit de grandes ambitions en ce qui concerne le système sanitaire national. La couverture santé universelle, les gouvernants avec à leur tête le président Faure Gnassingbé l’ont invoquée un nombre incalculable de fois. Celle-ci passe par la construction des infrastructures de santé, la réhabilitation de celles déjà existantes, l’équipement des structures sanitaires… Un centre de maladies infectieuses (CMI) pousse au nord du pays.

Le Centre des maladies infectieuses (CMI) de Kara est construit sur une superficie de 2,2 hectares. Avec une capacité d’accueil de 90 lits, il est prévu qu’il soit livré en septembre 2022. C’est un ouvrage moderne qui offrira une meilleure prise en charge aux citoyens.

Spécialité

Les travaux du CMI ont été lancés il y a environ un an sur le site de l’antenne locale de l’Institut national d’hygiène (INH). Le Centre des maladies infectieuses a la particularité d’avoir une triple vocation : la prise en charge ainsi que la surveillance des maladies infectieuses à l’instar du Centre hospitalier régional (CHR) Lomé-Commune, la formation et la recherche.

Autres centres en construction

Toujours dans la région de la Kara, on fait pousser un Centre de spécialités médicales (CSM) au sein du Centre hospitalier universitaire (CHU) de la ville. L’infrastructure sanitaire va être dotée d’un plateau technique très efficace et adapté aux besoins. Le centre favorisera l’amélioration des compétences du CHU dans le souci de soulager les maux des patients.

Aussi, à Sarakawa (localité située à peu près à 400 kilomètres de Lomé dans la région de la Kara), un Centre de traitement des épidémies (CTE) est en train d’être bâti. Celui-ci comporte une zone de dépistage et d’autres installations connexes, sans oublier les aires de prise en charge. Le centre est construit sur une superficie 1,5 hectare.

La santé est une priorité au Togo

Dans la loi des finances, exercice 2022, une enveloppe de 91,7 milliards de francs CFA a été dédiée à la modernisation du secteur de la santé, celui-là même qui a pris en charge gratuitement 70 000 femmes enceintes, d’août 2021 à janvier 2022. Des mini hôpitaux installés depuis 2019, servent 2 700 villages des zones reculées avec 2,5 millions de patients potentiels ciblés pour 276 000 consultations annuelles. De 209 243 en 2012, les bénéficiaires de la couverture santé offerte par l’Inam sont passés à 426 866 en 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here