Au Togo, malgré de la pandémie de coronavirus, la division des opérations douanières du Port autonome de Lomé (  DODPAL ), maintient le cap des réformes pour répondre aux attentes des opérateurs économiques. 

En effet, ces réformes initiées par la DODPAL visent entre autres à relever le défi de l’axe 1 du PND qui consiste à faire du Togo un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région. Pour donc améliorer le climat des affaires et rendre le port de Lomé plus compétitif, de nombreuses améliorations ont été apportées au fonctionnement des opérations au niveau du système douanier pour satisfaire les acteurs économiques. Il s’agit de la dématérialisation du certificat d’origine en vue de permettre aux opérateurs de soumettre leurs demandes de certificat d’origine en ligne et de l’obtenir également en un temps record. Quant à l’importation, le nombre des documents à fournir a été réduit pour faciliter les échanges commerciaux entre les pays de la sous-région et le Togo.

En outre, il a été mis au point une technique d’émission en ligne des bons à conduire au cas où un contrôle s’avère nécessaire. Par ailleurs, avec les maisons consignataires, la division des opérations douanières du port autonome de Lomé a fixé le délai du dépôt du manifeste à 24 heures au plus avant l’arrivée du navire et ; afin d’éviter les longues files d’attente et fluidifier les enlèvements des marchandises, le scanner des marchandises au port de Lomé tourne désormais 24 heures sur 24.

Avec toutes ces réformes, aujourd’hui, la rapidité des formalités administratives à la DODPAL, reste de loin une caractéristique du port de Lomé, le seul en eau profonde dans la sous-région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here