Spread the love

De façon manifeste, la pauvreté régresse au Togo grâce aux initiatives d’intérêt socioéconomique prises en faveur des populations, surtout les plus démunies. Les projets de Filets sociaux et services de base (FSB) et d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV), mis en œuvre pour rehausser le niveau de vie des citoyens, prouvent leur valeur. Récemment réélu à la tête du pays, le chef de l’Etat ne disconvient pas qu’il y a encore du chantier, bien que les conditions de vie des Togolais s’améliorent progressivement grâce aux projets susmentionnés.

Le projet des Filets sociaux et services de base (FSB), coordonné par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb), englobe les programmes de cantines scolaires, de transferts monétaires, des sous-projets d’infrastructures, etc. Il est financé à 17,9 milliards de francs CFA pour assurer aux communautés pauvres, un meilleur accès aux infrastructures socioéconomiques de base et aux filets sociaux.

Etape supérieure

Les mécanismes de filets sociaux vont être bientôt étendus aux personnes du troisième âge, aux malades, aux handicapés, incluant le développement d’une véritable filière de métiers des soins à la personne et le détachement au niveau communal de personnel dédié. La protection sociale sera intensifiée avec le triplement de la cible actuelle des transferts monétaires. Les initiatives destinées à renforcer la résilience des communautés face aux chocs, seront poursuivies. Pour les transferts monétaires, 120 000 ménages sont ciblés à l’horizon 2021, contre 61 000 actuellement.

La fourniture de repas communautaires en milieu scolaire est également en avant-plan. Grâce aux cantines scolaires, 300 000 écoliers mangeront à leur faim. S’agissant des initiatives d’engagement citoyen et d’opportunités pour les jeunes vulnérables, elles seront pérennisées pour porter le nombre de bénéficiaires à 100 000. Les mécanismes accompagnateurs des initiatives économiques des jeunes et femmes vont être optimisés et d’autres incubateurs de créativité naîtront pour aider les jeunes à s’autonomiser. Il est aussi prévu l’opérationnalisation d’un registre social unifié, servant de fichier unique des bénéficiaires de services de protection sociale pour mieux cibler et améliorer l’efficacité des actions dans la lutte contre la vulnérabilité.

Quand le Togo parle, la pauvreté se tait

Grâce à toutes les actions décuplées et le lot de programmes socioéconomiques (PND, Faiej, Paeij-SP, FNFI, Pasa, Thimo, Cantonnage, Psmico, PAPV, PPAAO, Mifa…), l’incidence de la pauvreté a reculé. Une enquête faite par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (Inseed) a montré que de 51,7% en 2015, elle est passée à 45,5% entre 2018 et 2019. En 2011, elle était de 58,7%. Les chiffres témoignent à suffisance des efforts faits au Togo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here