Il y a plus d’une décennie maintenant que le gouvernement togolais s’est donné pour mission d’opérer de profondes réformes dans son système éducatif afin de booster le développement économique et social du Togo et répondre aux défis de l’heure en matière de formation de qualité, améliorer et rendre performants les dispositifs d’offre de services éducatifs.

Cette démarche a commencé depuis les années  2002 avec la réforme circulaire initiée par le gouvernement au préscolaire et au primaire dont l’objectif est l’actualisation des contenus d’enseignement ainsi que l’amélioration de  la qualité des enseignements et d’apprentissages. Des nouveaux curricula  de formation sont ainsi validés et de nouveaux manuels de calcul et de lecture sont en cours d’élaboration, dont ceux du CP1 entièrement finalisés et en cours d’expérimentation dans un échantillon d’établissements scolaires sur l’ensemble du pays. Ainsi, pour dans le souci d’assurer une formation complète de qualité à tous les enfants scolarisés et leur permettre d’achever leur cursus scolaire et leur offrir une scolarisation primaire complète de qualité et réduire substantiellement les taux de redoublement dans l’enseignement primaire, il est introduit depuis l’année scolaire 2011-2012, les sous-cycles dans le sous-secteur du primaire, conformément à l’arrêté n° 080/MEPSA/CAB/SG du 10 oct. 2012 et à la circulaire n° 62/MEPSA/CAB/SG du 11 octobre 2012 relative à la réduction des taux de redoublement dans l’enseignement primaire. Cette disposition est devenue  effective dès la rentrée 2012-2013. Avec cette réforme, le primaire est subdivisé en trois sous-cycles à savoir le CP, le CE et le CM. Il s’agit par cette  réforme de réaliser des économies sur les ressources en éducation et réduire ainsi les coûts d’opportunité des apprenants étant entendu que les redoublements constituent une perte de ressources pour le système. Grâce à cette mesure, le taux de redoublement au primaire a considérablement diminué,  passant de 23% en 2012 à 16% en 2014.

Les réformes au niveau du secondaire

L’enseignement secondaire n’est du reste pour ce qui des réformes. La réforme que le gouvernement a engagé au niveau des collèges à la rentrée du scolaire 2015/2016 s’inscrit dans les orientations de la politique éducative nationale définies dans le Plan Sectoriel de l’Education (PSE) 2014-2025. Lequel plan s’articule autour des quatre axes stratégiques du PSE. Le collège rénové se fixe comme objectif de permettre au premier cycle de l’enseignement secondaire de poursuivre, dans la mesure des moyens disponibles, une formation de base de qualité entamée dans le primaire pour l’ensemble des élèves scolarisables. Outre ces mesures, le système éducatif a subi la revalorisation des filières scientifiques, l’Intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) et le développement des environnements numériques de travail (ENT) dans les établissements scolaires. La création et l’ouverture de deux lycées scientifiques pilotes à Lomé et à Kara sont venues compléter la gamme des réformes.

En termes d’amélioration des conditions, le projet « Electrification solaire des écoles/collèges ruraux au Togo » va permettre d’augmenter le taux de couverture des établissements scolaires en électricité sur l’ensemble du pays. La réussite de toutes ces réformes passe par l’amélioration des conditions de travail. Ainsi,  pour renforcer la qualité des services éducatifs, des subventions de fonctionnement sont régulièrement accordées aux écoles. La construction de laboratoires et de bibliothèques équipés dans les collèges bénéficiaires des Projets BID III et PAREC.

Rappelons que des mesures incitatives pour lutter contre la déscolarisation sont également prises par le gouvernement notamment à travers l’implantation de 308 cantines scolaires dans zones très pauvre du pays  pour plus de quatre-vingt-cinq (85 000) bénéficiaires. Ceci a permis d’accroitre le taux de fréquentation et limiter la déperdition scolaire surtout en milieu rural.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here