Spread the love

Selon le chef de file de l’opposition togolaise Jean-Pierre Frabre dans un message appelant à la mobilisation pour les manifestations des 11, 12 et 14 avril prochain, ces trois jours de manifestations visent à faire le point du dialogue à la population et démontrer leur rejet de la dictature des Gnassingbé au Togo

Pour lui, le blocage des discussions au dialogue est essentiellement dû au pouvoir de Lomé qui continue de maintenir l’état de siège dans les trois villes qui ont connu de violentes manifestations et en voulant que l’Etat Faure Gnassingbé se représente en 2020 à sa propre succession. Il s’agit aussi de dénoncer l’interdiction des manifestations par le gouvernement sur l’ensemble du territoire national y compris celles de la société civile.

L’opposition togolaise rejette ainsi toutes responsabilités de blocage des discussions au dialogue sur le pouvoir de Lomé. Selon nos informations, le facilitateur de la crise togolaise, Nana Akoufo-Addo, le président Ghanéen aurait tenté en vain de convaincre la coalition de l’opposition à renoncer à ses manifestions afin de donner la chance au dialogue.

Tout semble désormais clair que la crise togolaise a encore de beaux jours devant elle et les jours à avenir risquent encore d’être graves pour la population togolaise. Les positions deviennent de plus en plus radicales et la poursuite du dialogue devient de plus en plus compliquée.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here