Spread the love

Au Togo, dans le souci de mieux lutter contre la pandémie du coronavirus, le gouvernement a pris depuis mars 2020, plusieurs dont la fermeture des discothèques. Malheureusement, malgré cette interdiction certains tenanciers de discothèques, continuent d’exercer dans la clandestinité.

En effet, dans un communiqué daté du 28 janvier et dont copie nous est parvenue, le ministre de la culture et du tourisme, rappelle que les discothèques restent toujours fermés et que tous contrevenants s’exposent à la force et à la rigueur de la loi notamment des sanctions. « Dans le souci de garantir la santé publique, le gouvernement par communiqué du 20 mars 2020 entériné par le décret n°2020-058/PR du 16 juillet 2020 relatif à la fréquentation de la plage, des restaurants et des discothèques, a ordonné la fermeture des discothèques. » rappel le ministre Kossi Lamadokou dans son communiqué avant de déplorer la violation de cette disposition. « Cependant, force est de constater que certains promoteurs de discothèques continuent d’exercer leurs activités. » déplore le ministre

Ainsi, le Ministre de la culture et du tourisme rappelle aux promoteurs des discothèques et au public que la fermeture des discothèques reste en vigueur. À cet effet,  « tout contrevenant à cette mesure préventive s’expose aux sanctions prévues par l’ordonnance n°2020-004 du 3 juillet 2020 relative aux mesures générales nécessaires pour faire face à la pandémie de covid-19. » précise le communiqué du ministre. Le Ministre appelle à prise de conscience de tous et la compréhension des uns et des autres en vue du respect de l’ensemble des mesures visant à limiter la propagation de la pandémie à coronavirus au Togo.

Il convient de rappeler que le Togo comme tous les pays du monde, connaît en ce début d’année 2021, une forte hausse de la propagation de la maladie. D’où l’autodiscipline de tous le monde doit être de mise pour briser la chaîne de propagation de la pandémie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here