Spread the love

Au Togo, face aux conséquences dévastatrices de la Covid19 sur le secteur du tourisme dans le monde, le ministère en charge du Tourisme et de la culture tente de trouver d’autres moyens de promotion du secteur. Et ceci, à travers la direction des bibliothèques et de la promotion littéraire qui a lancé une formation à cet effet, à l’endroit des acteurs de la chaîne du livre. La formation a démarrée lundi 10 mai 2021.

En effet, placée sous le thème « Contribution de la filière du livre à la création d’une offre touristique de loisirs », c’est le directeur de cabinet du ministère du tourisme et de la culture,  N’Dam Gnazou qui a procédé au lancement officiel de cette formation, au nom de son ministre de tutelle, Kossi Lamadokou. Ainsi, cette formation qui dure du 10 au 14 mai, s’inscrit dans la droite ligne des nouvelles orientations du secteur touristique dans un contexte marqué par la pandémie du coronavirus et particulièrement dans le cadre du projet ” Contribution à la création d’une offre touristique de loisirs’’. Dans son discours, le directeur de cabinet du ministère du tourisme et de la culture, a au nom de son ministre, rappelé le lien intrinsèque qui existe entre le tourisme et la culture.

« La culture et le tourisme sont des secteurs interdépendants, car la culture fait vivre le tourisme » a indiqué le directeur de cabinet du ministère du tourisme et de la culture avant de rappeler à l’endroit des participants qui selon lui, ont été choisis en fonction de leur parcours professionnel et que le ministère non seulement compte sur eux mais aussi, attend beaucoup d’eux à l’issue de cette formation. Au cours de cette première série de formation, trois maillons de la chaîne du livre sont concernés. Il s’agit des écrivains sur le module de l’écriture littéraire ; les éditeurs, sur l’économie du livre et les bibliothèques sur la bibliothéconomie.

Selon le directeur de la direction des bibliothèques et de la promotion littéraire, AZIATI Vinyo « il s’agit d’apporter plus d’ancrage culturel au niveau des écrits au niveau de nos bibliothèques pour que le togolais puissent s’intéresser à la connaissance de son pays et profiter pour accroître la contribution du tourisme au PIB national grâce au tourisme interrupteur. Au niveau de l’économie du livre, nous voulons discuter avec nos écrivains pour plus de perfectionnement dans nos écrits  afin de voir si les livres qui son écrits ne peuvent pas avoir d’autres destinations. » a-t-il expliqué pour justifier du bien-fondé de ces sessions de formation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here