Située à environ 350 km de Lomé la capitale togolaise, Sokodé, la ville la plus musulmane du Togo, chef lieu de la région Centrale, fief de l’opposant charismatique Tikpi Salifou Atchadam, leader du Parti National Panafricain (PNP) et principale ville contestataire du 19 Août 2017, est de nouveau guettée par le syndrome du 19 Août 2019 suite à l’appel aux manifestations du 23 et 27 novembre prochain lancé par l’opposition qui s’oppose à la tenue de la présidentielle de 2020 au Togo qu’elle considère comme unilatérale.

En effet, depuis mercredi matin, les habitants de cette ville se sont plongés dans une peur qui ne dit pas son nom. Et pour cause, l’appel à manifester lancé par le Front de l’opposition, Togo Debout Car, les réseaux sociaux qui demeurent le principal canal de communication à Sokodé notamment whathsapp, font circuler un certain nombre d’audio qui font état d’une éventuelle manifestation sur toute l’étendu du territoire national le Samedi 23 Novembre 2019. Une fausse information car le meeting prévu pour ce samedi 23 se tient uniquement à Lomé et c’est celle du mercredi 27 qui est prévue sur l’ensemble du pays. Mais pourtant une grande psychose s’est emparé de la population à Sokodé à l’approche de Samedi.

Déjà lundi, certains citoyens de cette ville de Sokodé cosmopolite, ont commencé par se ravitailler de denrées alimentaires et tout ce qui y va pour parer à l’éventualité de ce qui c’était passé le 19 Août 2017. C’est ce qui explique donc la présence d’un monde fou remarqué le jour du marché de la ville de Sokodé. Interrogés, les populations restent dans l’inquiétude, « Nous ne connaissons pas la suite de cette manifestation qui s’annonce » nous a lamentablement fait entendre un habitant de la ville majoritairement musulmane avant de poursuivre « nous nous étions dis le 19 Août 2017 que rien ne se passerait, mais la suite nous la connaissons tous » avant de conclure « c’est à notre grande surprise que la situation s’était dégradée. Donc, nous n’allons plus prendre ce risque là sinon nous allons nourrir dans nos concessions » précise cet habitant qui a accepté réagir à nos micros sur la psychose qui règne dans la ville de Sokodé en ce moment à quelques heures de cette fameuse  »manifestation » de ce samedi 23 novembre. A noter que depuis mercredi matin déjà, on note le déploiement des mesures de sécurité avec un arsenal composé de véhicules militaires et éléments de forces de l’ordre venues certainement renforcer les équipes qui étaient déjà sur place pour le maintien d’ordre dans cette ville.

Rappelons que Sokodé a été la ville où le Togo a enregistré ses pires manifestations politiques les plus violentes de ces dernières années contre le régime de Lomé entre 2017 et 2018 avec à la clé plusieurs pertes en vies humaines et de lourds dégâts matériels. La ville a ensuite été mise en état de siège milliers durant plusieurs mois pour prévenir d’autres actions violentes avant que le blocus ne soit progressivement levé très récemment.

Depuis Sokodé, avec notre correspondant régional, Jacques E.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here