Dans le cadre de ses rencontre périodiques d’échanges et d’informations sur les réformes engagées par le Togo dans ses efforts d’amélioration de l’environnement du climat des affaires, la Cellule Climat des Affaires a organisé mercredi 18 mars à Lomé, une rencontre à l’endroit des professionnels de médias.

L’objectif de cette rencontre était de présenter les différentes réformes engagées dans le domaine de l’amélioration du climat des affaires et d’échanger avec les médias qui sont des partenaires stratégiques dans la réussite de cette politique d’allègement de l’environnement des membres. Ainsi, la Ministre Ablamba Johnson Sandra Coordonnatrice de la cellule nationale du climat des affaires (CCA) et son équipe, sont largement revenues sur les derniers  réformes réalisées par le Togo ces derniers mois en matière de l’amélioration du climat des affaires. Selon la Coordonnatrice Sandra Johnson, certes il y a eu des beaucoup d’avancées notables, mais il reste encore d’énormes défis à relever, paraphrasant les propos du chef de l’État Faure Gnassingbé lors de l’opposition présentation du dernier classement Doing Business 2020 publié par la Banque Mondiale le 24 octobre 2019. Classement dans lequel le Togo a fait un bon spectaculaire de de 40 places pour se retrouver pour la première fois en dessous de la barre du top100 des meilleures économies réformateurs avec la 97 ème place mondiale, 1er pays réformateur en Afrique et 3ème mondiale dans ce dernier classement.

En effet, loin de se contenter de ce progrès notable, l’objectif des dirigeants togolais sous le leadership du chef de l’État est de maintenir le cap des réformes et du progrès en restant dans la même dynamique. « Le Togo est résolument tourné vers une dynamique de réformes visant à faire de notre pays une destination de premier choix pour les investisseurs. Ainsi, les multiples actions engagées ont permis au pays d’être en pôle position en matière du climat des affaires », a indiqué Sandra Johnson, coordonnatrice de la cellule climat des affaires avant de revenir largement sur  les nouvelles réformes engagées par le Togo ces derniers mois portant sur plusieurs indicateurs.

En effet, en dehors des importantes réformes et facilités contenues dans le nouveau code des investissements, plusieurs indicateurs ont connu d’importantes réformes. Il s’agit entre autre de: l’exécution des contrats qui vise à garantir la sécurité juridique de l’investissement; le paiement des taxes et impôts marqué par la simplification des impôts (suppression d’une dizaine d’impôts) et la promotion de la transparence;  l’accès à l’énergie qui comprend, outre le volet raccordement à coût réduit, le remboursement des avances sur consommation et d’autres mesures sociales à l’endroit des populations; le foncier avec l’opérationnalisation complète du guichet foncier unique, le dispositif de dépôt de plainte pour les usagers, ainsi que la numérisation des plans cadastraux de Lomé ; le commerce transfrontalier avec à la clé, la dématérialisation de toutes les procédures douanières, fer de lance des activités portuaires. Ceci, en vue de rendre notre port plus compétitif; le branchement gratuit à l’eau potable pour les PME-PMI ; la création d’entreprise avec la réduction des coûts et des procédures et facilités offertes aux opérateurs économiques hors du Togo de faire leurs formalités en ligne et enfin;  l’accès au crédit avec le renforcement du dispositif de sûretés mobilières au profit des banques au même titre que l’accompagnement du Bureau d’Information de Crédit, en vue d’une meilleure appréciation du risque et d’octroi de crédit à moindre coût.

La ministre déléguée Ablamba Johnson Sandra, a ainsi saisi l’occasion de cette rencontre pour saluer et remercier toutes les institutions notamment bancaires pour leur collaboration dans le mise en place de ces réformes. «  Je voudrais donc saisir l’opportunité pour adresser à toutes les institutions financières notamment, les banques pour la qualité de la collaboration et surtout les institutions de microfinances qui, aujourd’hui, sont celles qui consultent plus la base de données du BIC. » a-t-elle indiqué avant de rappeler qu’un autre défi pas des moindre demeure, celui du taux des crédits «  A présent, le défi reste la répercussion des nouvelles dispositions sur le taux du crédit bancaire, même si les récents rapports notent une amélioration du taux moyen. » précise-t-elle

Rappelons que toutes ces réformes visent à faciliter les formalités aux investisseurs et encourager les investissements extérieurs au Togo. Et pour se faire, il  n’y a pas meilleur canal que les médias pour porter ces informations relativement aux multiples et important réformes engagées par le Togo auprès des populations et des investisseurs. Le gouvernement et la cellule climat des affaires, mise donc gros sur cette collaboration avec les médias pour le l’information.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here