Spread the love

Comme chaque année depuis 43 ans, la tradition de la célébration de la journée mondiale de la femme le 08 mars est encore respectée. Au Togo, la cérémonie officielle a eu par anticipation le vendredi 06 mars. Dans son message, la ministre Kolani Yantcharé de l’action sociale a lancé un appel à tous les acteurs à œuvrer ensemble pour gagner le pari de l’égalité entre les sexes.

En effet, placé au plan international sous le thème :« Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes » et au plan national sous le Thème :« Femme togolaise à l’aune de Béijing+25 : Bilan et perspectives », la ministre Kolani Yantcharé a dans son message, mis l’accent sur la nécessité pour tous les acteurs à tous les niveaux de conjuguer leurs efforts afin de gagner le pari de l’égalité entre les sexes. Car selon, elle cette commémoration de cette année repose sur plusieurs piliers des femmes dans le domaine de la lutte pour l’égalité entre les sexes. Et le choix du mondial et celui du Togo en disent assez long. Pour Madame Kolani, les défaits de la célébration de cette année son énormes. « je voudrais une fois encore, m’acquitter d’un impérieux devoir ; celui de partager avec vous, les enjeux qui sous-tendent l’édition de cette année, eu égard aux défis de l’heure, en dépit des avancées enregistrées, depuis l’instauration de cette journée en 1977.» a-t-elle indiqué avant d’inviter tous les acteurs à œuvrer ensemble pour gagner le pari de l’égalité entre les sexes.

Parlant du choix du thème national par le gouvernement, Kolani Yantcharé pense qu’il cadre parfaitement avec l’un des objectifs du PND, notamment l’autonomisation de la femme « Ce thème national, comme vous pouvez le constater, intègre l’un des principes directeurs du PND, « l’équité, le genre et l’inclusion » pour parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles. ». Il s’agit donc pour le gouvernement et ses partenaires de saisir l’occasion de cette célébration, pour faire le bilan du chemin parcourus et se projeter dans le temps. Ainsi, en terme de bilan, il est à retenir: – l’amélioration du cadre juridique et institutionnel, (avec plusieurs lois qui promeuvent la protection des droits des femmes de même que la révision du code des personnes et de la famille qui corrige le déséquilibre entre les droits des femmes et des hommes en matière de mariage), -Le renforcement de l’autonomisation économique des femmes à divers niveaux, par exemple l’octroi d’un quota de 20% puis 25% des marchés publics aux femmes et aux jeunes entrepreneures, la finance inclusive, ainsi que de nombreux programmes socio-économiques et agricoles dont les femmes sont bénéficiaires. -L’éducation de la jeune fille et l’encouragement des femmes à postuler aux postes décisionnels : elles sont aujourd’hui aussi diplômées et qualifiées que les hommes et occupent d’importants postes de décision à l’image de la présidence de certaines Institutions de la république tels que l’assemblée nationale, le Médiateur de la République et le HCRRUN, la CNDH ainsi que les divers portefeuilles ministériels.

Il faut néanmoins reconnaitre que même si des progrès sensibles ont été réalisés, beaucoup de chemin reste encore à faire dans le cadre de la réalisation véritable de l’égalité entre les sexes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here