Spread the love

Le port autonome de Lomé a fait son entrée dans le classement des 100 premiers ports les plus importants de la planète et dans le top 5 africain. D’une part, cette distinction est due aux récentes performances enregistrées par la plateforme portuaire, sur la période de 2020 à 2021 ; et de l’autre part aux grandes innovations opérées ces dernières années.

Des progrès ont été observés entre 2020 et 2021 : l’augmentation de 7,8% du nombre de navires ayant accosté au port, passant de 1 510 à 1 629 bateaux ; une croissance de 15,1% du trafic de conteneurs pour un total de 1 962 039 conteneurs en 2021 ; 29 468 056 tonnes de marchandises déchargées en 2021 représentant près de 3,5 millions de tonnes de plus que l’année précédente, soit une augmentation de 14,18%.

En outre, il est à noter que le transbordement a connu une augmentation de 18% entre 2020 (1 342 546 conteneurs) et 2021 (1 585 101 conteneurs). Le chiffre d’affaires du port autonome de Lomé est alors passé de 26 milliards à 35 milliards de francs CFA entre 2017 et 2021, reflétant une tendance haussière de 34% en 05 ans.

Réformes

Le port de Lomé a connu de grandes innovations traduites par une dématérialisation avec pour objectifs : la compression au maximum des délais de passage des marchandises ; la réduction des procédures d’enlèvement des marchandises avec des paiements de facture en ligne ; la célérité et la transparence dans les formalités administratives.

L’infrastructure portuaire dispose d’un atout principal : sa profondeur en eau de 16,6 mètres, la plaçant en pole position en Afrique de l’Ouest. Ce facteur lui permet d’accueillir des navires de troisième génération. Le port est doté des infrastructures et équipements modernes qui lui assurent une rapidité des opérations 24 heures sur 24. La durée de passage des conteneurs à destination du Togo est passée de 13,4 à 11,45 jours et 16,95 à 15,5 jours pour les conteneurs en transit avec une réduction de plus de 05 heures du temps d’attente des navires en rade.

Ce remarquable bilan qui est attribuable aux autorités portuaires s’inscrit dans la lignée de la vision du chef de l’Etat Faure Gnassingbé, du Plan national de développement (PND 2018-2022) et de la feuille de route gouvernementale 2020-2025 qui projette de faire transcender le secteur portuaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here