Le gouvernement togolais suite à des concertations avec les différents acteurs (leaders religieux, élus locaux, préfets, patronat, syndicats des tenanciers de bars et restaurants, etc.) et après avis du Conseil scientifique pour « limiter les risques de propagation de la pandémie à la Covid-19, en cette fin d’année » a pris la décision que les fêtes de fin d’année se passeront sous un couvre-feu.

Ma foi, cette mesure, à n’en point douter, a été prise pour la protection des populations contre la propagation de la pandémie de la COVID-19 qui sévit dans notre pays. En dépit des mesures déjà prises pour juguler la pandémie, force est de reconnaitre que la situation reste préoccupante. Le défi sanitaire auquel notre pays fait face, à l’instar d’autres pays du monde, doit être relevé sans pour autant sacrifier la vie économique et sociale des acteurs, aussi bien du public que du privé.

Certes les mesures que prennent les autorités pour freiner et combattre la propagation de la COVID-19 entraînent des effets pervers sur la vie quotidienne de chaque togolais, mais elles sont nécessaires si nous voulons rompre la chaîne de transmission du virus. Je voudrais tout d’abord présenter mes condoléances aux familles éplorées par le décès de leurs proches et souhaiter un prompt rétablissement aux malades.

J’exprime mes encouragements aux agents de santé engagés en faveur des patients ainsi qu’à l’ensemble des acteurs mobilisés dans la lutte contre la pandémie dans notre pays. J’invite, à mon tour, les populations à suivre scrupuleusement les mesures d’hygiène et de sécurité décidées par les autorités compétentes pour une riposte efficace contre la maladie.

J’exhorte en outre les compatriotes au respect de la mesure de couvre-feu décrétée par le gouvernement.

Toutes mes reconnaissances vont aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS) qui sont de tous les fronts et ont également répondu présents à la lutte contre la COVID-19 en étant au premier plan sur toute l’étendue du territoire national pour l’application des mesures barrières. Permettez-moi de vous dire avec beaucoup de fierté que la première ressource, les premiers moyens dont nous sommes fiers, c’est vous.

Je voudrais enfin attirer, à toutes fins utiles et principalement à l’attention des Forces de Défense et de Sécurité(FDS), ce qui suit:

Le couvre-feu, pour être une mesure exceptionnelle de sécurité restrictive des libertés des individus, ne peut justifier le fait de commettre une infraction quelle qu’elle soit ; les actes de torture et les pratiques assimilées, notamment les traitements cruels, inhumains et dégradants infligés à des personnes constituent des infractions prévues et réprimées par les articles 512 et suivants du code pénal.

Je compte vivement sur le bon sens de tous les compatriotes dans la poursuite de la riposte à la pandémie au COVID-19.

Que Dieu bénisse le Togo.

Hon. Innocent KAGBARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here