Alors que la crise liée au Covid19 continue de faire des victimes partout dans le monde et menace dangereusement l’économie mondiale, les jeunes entrepreneurs togolais n’en sont pas du reste. Ils en font également les frais. C’est le cas de Dotchou Iwikotan, responsable de l’entreprise Mifon, Bio Palm basée à Atakpamé, chef-lieu de la région des Plateaux. Dans le cadre sa mission de promotion des jeunes entrepreneurs africains  exerçant dans le secteur agricole, l’Agence Panafricaine de Presse et de Communication (APC NEWS) à travers son site officiel www afrique-News.Info, est allée à sa rencontre pour un entretien à cœur ouvert. Lisez plutôt nos échanges.

APC NEWS: Monsieur, présentez-vous à nos lecteurs

Je me nomme DOTCHOU Iwikotan, je suis biologiste avec  une double licence LMD en Biologie et Physiologie Animale et Biologie et Physiologie Végétale.

APC NEWS: Vous dirigez l’entreprise Mifon, qui fait dans le bio palm. Présentez nous votre structure et pourquoi avoir opté pour un tel projet ?

Dotchou: Bio Palm est spécialisé dans la production des huiles palmistes à base des amandes palmistes. Nous sommes plus spécialisés dans la production de l’huile pour la production du savon. Car,  beaucoup de savonneries manquent fréquemment cette matière première, surtout dans notre zone à Atakpame où la seule unité de production d’huile qui existe est plus spécialisée dans la production de l’huile palmiste destinée à la consommation. C’est donc la raison du choix de ce projet.

APC NEWS: Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans la mise en œuvre de ce projet ?

Les difficultés sont nombreuses. D’abord le prix du marché de l’huile n’est pas stable.
Ensuite le prix des amandes augmente très vite, et les amandes aussi pour les trouver en quantités, il faut aller vers les bonnes femmes dans les différents villages et ceci demande assez de moyens.

APC NEWS: Vous avez bénéficié du soutien financier du PASA. Est-ce que ce soutien a été bénéfique pour vous ? Si oui, en quoi ? Si non, pourquoi ?

Ce soutien a été très bénéfique pour nous pour diverses raisons : d’abord ça nous à permis de renforcer notre capacité de production, nous avons pu nous convertir dans la transformation de notre huile pour la production de savon au lieu de desservir uniquement que les savonneries.

APC NEWS: Regrettez-vous avoir choisi de faire dans l’entrepreneuriat agricole ? Si oui, pourquoi ? Si non pourquoi ?

Non! (Rire) Pas de regret à l’étape actuelle des chose puisque , mes problèmes financiers ont des solutions avec cette activité. Je pourrai même dire que je pense étendre mes activités dans le domaine agricole pour espérer toujours gagner davantage mieux.

APC NEWS: Sachant que l’un des problèmes des entreprises togolaises reste celui de qualité par rapport aux normes internationales. Qu’en est-il au niveau de vôtre entreprise?

Nous sommes dans le bio et je crois pour ma part que tout ce que nous produisons est  de la qualité. Il suffit de le tester pour voir. Il faut reconnaitre aussi que nous ne sommes pas confronté l’heure actuelle à ce problème puisque nous sommes sur le marche local pour l’instant.

APC NEWS: La mise en œuvre de ce projet a-t-il eu d’impacts positifs aussi bien sur votre vie que celle de votre communauté ?

Bien sûr que oui!  Beaucoup d’impacts positifs. Mon niveau de vie a changé et certains jeunes de ma communauté ont pu trouver du boulot.  Ce qui a relativement amélioré leur niveau de vie aussi. Donc oui, ce projet a beaucoup d’impacts positifs.

APC NEWS: Quelles sont vos attentes par rapport au PASA ?

A l’endroit de PASA je voudrai vraiment remercier le gouvernement pour ce projet noble unité. Ce projet nous a permis de sortir de l’artisanat , et de la précarité. La mécanisation de l’agriculture togolaise est désormais en marche. Seulement les derniers financements de PASA nous ont causé d’énormes difficultés , les contraintes liées à l’attribution des marchés sont très grandes , tout est fait comme si nous étions déjà habitué ce domaine de marché public, ceci a ralenti considérablement l’exécution de notre sous-projet.

APC NEWS: Comment vous vivez la crise due au Coronavirus ? A-t-elle des répercussions sur vos activités ?

Cette crise du Coronavirus nous a vraiment affectée. La production actuellement  a complètement baissé  pour ne pas dire qu’on ne fait plus rien carrément. Plus de vente , les ventes actuelles c’est quelques uns qui viennent chez nous au service, c’est tout.

APC NEWS: En terme de marché pour l’écoulement de vos produits, dites-nous c’est juste le marché locale togolais que vous visez ou vous visez le marché de l’exportation ?

Actuellement nous sommes sur le marché local , mais nous envisageons aller au-delà de nos frontières si Dieu le veut.

APC NEWS: Parlez-nous du quotidien d’un comme vous ?

Mon quotidien actuellement , n’est que du sur place. Il faut rester chez-soi pendant cette période où la pandémie est entrain de prendre un autre ampleur au Togo.

APC NEWS: Quel conseil pour les débutants dans l’entrepreneuriat agricole?

Je leur demande d’être courageux

APC NEWS: Si vous devriez lancer un appel aux dirigeants du Togo, que leur diriez-vous ?

D’abord je remercie le gouvernement pour les différents efforts consentis pour l’amélioration des conditions de vie des entrepreneurs agricoles , notre reconnaissance au Ministre de l’agriculture. Mon message à leur niveau , c’est de continuer dans le même sens pour que tous les togolais sans distinction aucune, soient vraiment à l’abri de la pauvreté et de la précarité.

Interview réalisée par Jean-Claude BAKALI, Directeur de l’Agence Panafricaine de Presse et de Communication (APC NEWS) dont le site officiel est www afrique-News.info. Contacts: (+228) 91 60 29 39/70 17 73 40

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here