La zone franche togolaise fait grandir les entreprises l’objectif principal qui se trouve derrière la création de cette zone socioéconomique qui libère le potentiel des entrepreneurs qui s’y installent. Le Togo crée les conditions de son émergence, avec une importance reconnue aux investissements et à l’entrepreneuriat des jeunes et femmes.

C’est pour fédérer de façon optimale les entreprises et les aider à mieux s’asseoir pour créer de la richesse et de l’emploi pour les citoyens que l’Etat a opérationnalisé l’Agence nationale de la promotion des investissements et de la zone franche (Api-ZF) en août 2016.

Une décision porteuse de résultats
A partir du moment où l’Api-ZF a été mise en marche, les investissements nationaux et internationaux sont de plus en plus mobilisés dans les secteurs d’activité.
Dans la première moitié du mois de décembre 2022, l’agence a présenté le bilan de ses différentes activités. Il est ressorti que plus de 300 agréments ont été délivrés depuis la création de ce statut privilégié il y a plusieurs années.

Epanouissement des entreprises
Selon les dirigeants bien décidés à faire accroître les bienfaits, pas moins de 82 entreprises industrielles ou de services sont opérationnelles à la date susmentionnée. Mais surtout, le total des investissements est de 400 milliards de francs CFA.

Sans oublier que 19 000 emplois ont été trouvés depuis la création de la zone franche. Comment pourrait-il en être autrement puisque l’implantation en zone franche permet aux entreprises de bénéficier d’un statut fiscal privilégié à condition de réexporter.

Essor entrepreneurial

Cet essor est remarquable non seulement dans la zone franche mais partout sur le territoire, avec les facilités accordées aux porteurs de projets. Aujourd’hui, les frais de création d’entreprise sont seulement d’environ 30 000 francs CFA, contre 262 000 francs en 2012.

Maintenant, il est possible de créer son entreprise en ligne avec des formalités simplifiées. Beaucoup d’opportunités sont offertes comme la part de 25% des marchés publics octroyés aux jeunes et femmes entrepreneurs, les crédits du FNFI, l’aide à la formalisation des activités, etc.

En 2021, près de 11 250 microentreprises ont été mises en place grâce à la formation des jeunes en techniques entrepreneuriales et l’allocation des microcrédits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here