La tendance à la recrudescence des cas de la Covid-19 en Afrique et  dans le monde inquiète de plus en plus populations et dirigeants, en particulier les dirigeants togolaises qui ont fait de la protection sanitaire des togolais en générale et en particulier contre le coronavirus, une priorité des priorités de leurs politiques.

En effet, au Togo, le gouvernement est aux avants gardes afin de protéger et préserver les populations contre une augmentation des cas de contaminations à la covid19 dans le pays en cette période de fêtes de fin d’année. Ainsi, pour y arriver, de nouvelles mesures ont été prises et rentrées en vigueur depuis le 20 décembre dernier et prennent fin le 03 janvier 2021. Au rang de ces mesures restrictives des libertés publiques, pour éviter la propagation de la pandémie en cette période de fêtes de fin d’année, figure le couvre-feu. Il s’agit d’une mesure prise après avis du Conseil scientifique et suite aux concertations menées avec les différents acteurs notamment leaders religieux, élus locaux, préfets, patronat, syndicats  tenanciers de bars et restaurants, etc.

Le premier objectif de ce couvre-feu qui s’observe dans le Grand Lomé du 20 décembre 2020 au 3 janvier 2021 entre 22 heures et 5 heures du matin sauf les 24 et 25, et 31 décembre 2020, et le 1er janvier 2021 où l’horaire va de 23 heures à 5 heures du matin tandis qu’à l’intérieur du pays, le couvre-feu est prévu seulement pour les 24, 25 et 31 décembre 2020, et le 1er janvier 2021, de 23 heures à 5 heures, est de veiller à ce que les mesures restrictives soient scrupuleusement respectées afin de mieux protéger la population contre la pandémie du coronavirus. Car, le constat est claire et évident que généralement, pendant la nuit, loin de tout regard, les gens font fi du respect des mesures barrières et baissent la garde. Ce qui les expose à une contamination certaines à la covid-19. Et surtout en cette période de fêtes où il y a risque d’attroupements de personnes dans la nuit. « Le couvre-feu vient donc comme un éléments dissuasif, pour rappeler la population qu’il faut fêter mais dans la modération et le respect des mesures barrières pour éviter de se faire contaminer par le virus afin d’éviter d’exposer le pays à l’explosion des cas après les fêtes » nous a confié une personne ressource de la riposte contre la pandémie du coronavirus au Togo. Le second objectif ou motif qui a amené le gouvernement à faire recours au couvre-feu, est la crainte d’exposer le pays à la seconde vague de la pandémie qui est actuellement en cours dans plusieurs pays du continent et de la sous-région ouest africaine. Il s’agit donc de faire de sorte que les gens ne puissent se rassembler les nuits dans les bars et débits de boissons où le risque de risque de non respect des mesures barrières reste très élevé. Enfin, le gouvernement joue sur l’expérience du passé qui a montré que dans les villes et localités où des foyers de la pandémie avaient été découverts, l’instauration du couvre-feu et le bouclage de ces zones avaient permis de vite circonscrire la pandémie et limiter sa propagation.

Le gouvernement togolais est donc décidé à anticiper toute situation à même de relancer la propagation de la pandémie dans le pays afin d’éviter la recrudescence des cas constatés en août dernier dans certaines villes du pays notamment à Sokodé, Tchamba et Adjengré au lendemain de la célébration de la fête de Tabaski. Il est donc de la responsabilité citoyenne et morale de tous de respecter et d’encourager les autres au respect de ce mot d’ordre du couvre-feu car, cela y va dans l’intérêt de tout le monde. La santé n’a pas de prix et rien ne vaut la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here