Spread the love

Au Togo comme dans le reste du monde, la Journée internationale des travailleurs a été observée samedi 1er mai 2021, pour la deuxième année consécutive, sous le signe de la lutte contre la pandémie de la Covid-19. Occasion pour le gouvernement et ses partenaires sociaux, de formuler à l’endroit des uns et des autres, des souhaits en vue d’assurer un climat social apaisé dans le pays.

En effet, comme l’année dernière, la commemoration de la journée internationale des travailleurs célébrée chaque 1er mai, a été réduite à une simple rencontre d’échanges entre le gouvernement, le patronat et les organisations syndicales. Et ceci à cause de la pandémie du coronavirus qui sévit dans le monde depuis plus d’un an. Ainsi, ce fut une  occasion pour le gouvernement représenté par  le mnistre de la Fonction Publique, du Travail et du Dialogue Social, Gilbert Bawara et ses partenaires sociaux de réaffirmer leur volonté à travailler pour la consolidation du climat de paix sociale afin de permettre au Togo de relever les défis économique et social pour faire face à la crise sanitaire mais aussi permettre la mise en œuvre de la feuille de route gouvernementale 2020-2025 en toute sérénité. Pour ce faire, le ministre Bawara a au nom du gouvernement, émis le souhait de voir les partenaires sociaux faire une trêve sur la période 2020-2025 pour permettre la mise en œuvre en toute sérénité de la feuille de route gouvernementale. « Il est important que dans les mois et les années qui viennent, notamment sur la période de mise en œuvre de la feuille de route gouvernementale 2020-2025, nous parvenions à œuvrer à maintenir et consolider le climat d’apaisement social. A ce stade, je n’ose pas parler de trêve sociale, mais nous pouvons avoir cette ambition de parvenir à une trêve sociale sur les cinq ans, afin de permettre à nos entreprises d’accélérer le rythme des investissements et de la croissance pour que les populations puissent avoir un meilleur accès aux services sociaux de base et que nous ayons plus de moyens et de ressources pour donner plus de revenus aux travailleurs », a indiqué le ministre Gilbert Bawara à l’endroit des partenaires sociaux.

Pour leur part, les centres syndicales ont respecté la tradition avec la remise d’un cahier de doléances au gouvernement. Elles ont en effet, invité le gouvernement, à honorer ses engagements pris depuis 2017 dont certains sont jusqu’ici restés sans suite, vis-à-vis des travailleurs togolais. Il s’agit selon les centrales syndicales, de contribuer à améliorer leurs conditions de vie et de travail aussi bien dans le secteur de l’éducation que celui de la santé. Le porte-parole des organisations syndicales, Yves Agui Palanga a mis un accent sur le nouveau code du travail qui est vivement attendue par les acteurs du monde du travail « Les travailleurs sont dans l’attente du nouveau code du travail devant permettre de réviser la convention collective interprofessionnelle et les autres textes y afférents …» a-t-il indiqué. Le président du Conseil National du Patronat du Togo (CNT-Togo),  Coami Tamégnon a au nom du patronat du Togo, réaffirmé les gratitudes du patronat au gouvernement  avant de rappeler à l’intention des employeurs et employés, l’importance des discussions au sein cadre bipartite CPCB « Le Cadre Permanent de Concertation Bipartite (CPCB) que nous avons institué d’un commun accord avec le concours du Bureau International du Travail (BIT), est le cadre bipartite idéal de discussion entre employeurs et employés. Il devra permettre d’anticiper les crises, et de favoriser un climat social paisible dans les entreprises, facteur d’une bonne productivité et donc de création d’emplois décents. » a-t-il rappelé avant d’inviter  tous les partenaires sociaux à poursuivre les discussions dans ce cadre « Continuons donc, par nous retrouver au sein de ce cadre, où la revendication est portée de façon collégiale et dépassionnée, pour un dénouement qui tient compte des inquiétudes et préoccupations de chaque partie. » a-t-il indiqué

Il convient de rappeler que le ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara a saisi cette occasion pour saluer l’esprit de dialogue, de concertation et de responsabilité qui règne entre les pouvoirs publics et leurs partenaires sociaux malgré les difficultés liées à la crise sanitaire du Coronavirus. «Grâce à cet esprit de concertation et de dialogue, grâce à ce climat social apaisé, nous avons pu aborder sereinement les défis économiques et sociaux au cœur des préoccupations et des attentes des travailleurs et travailleuses », s’est-il réjoui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here