Spread the love

Au TOGO, une chose est sûre, ce n’est pas la première main tendue aux opérateurs économiques et probablement pas la dernière. Quel qu’en soit le prix à payer, le Togo est prêt à tout pour libéraliser son environnement des affaires. Et ceci, à travers l’assouplissement des mesures fiscales notamment, la Taxe professionnelle unique.

En effet,  celui-ci n’est plus le même qu’il était il y a encore quelques années. Tout change dans le bon sens, les conditions de vie des Togolais et le paysage économique s’améliorent à tous les niveaux. Ainsi, la Taxe professionnelle unique (TPU) est un impôt synthétique qui libère celui qui le paie d’une série de taxes comme la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et l’Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP).

En réalité, selon les nouvelles dispositions du Code général des impôts (CGI), elle concerne exclusivement les personnes physiques dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur ou égal à 60 millions de francs CFA, quelle que soit la nature de l’activité.

Au titre de la loi de finances 2021, les artisans ainsi que les micro-entrepreneurs du secteur informel bénéficient d’un allègement fiscal. De façon précise, le montant minimum qu’ils paieront comme Taxe professionnelle unique (TPU) qui relève du régime déclaratif, est de 20 000 francs CFA en 2021, contre 300 000 francs en 2020, ce qui équivaut à un taux de variation de 93%.

Précisons que cette disposition qui réduit drastiquement la charge fiscale qui pesait sur les jeunes entrepreneurs, vise à aligner la TPU sur le minimum perçu par l’administration fiscale togolaise auprès des personnes qui relèvent du régime réel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here