Au Tchad, depuis l’annonce de sa candidature pour la présidentielle du 11 avril prochain, la tension est montée d’un cran dans le camp du maréchal Idriss Deby, plus de trente ans au pouvoir et candidat à sa propre succession ainsi que dans tout le pays. Lui, c’est bien l’opposant, Yaya Dillo. Qui est donc cet homme politique qui défie et trouble tant le sommeil d’un maréchal président ?

En effet, désormais, les attestations sont plus focalisées sur la personne de Yaya Dillon depuis l’annonce de sa candidature pour la prochaine présidentielle. Plusieurs raisons concourent donc à ce que sa candidature trouble la tranquillité et le sommeil de celui qui s’est autoproclamé maréchal président, Idriss Deby. D’accord, les liens de parenté qui les lient. Car Yaya Dillo n’est personne d’autre que le neuve du président, maréchal Idriss Deby. En plus d’être son neveu, Yaya Dillo appartient à la communauté Zaghawa tout comme le président Idriss Deby.

Ensuite, il faut savoir qu’avant de venir en politique, Yaya Dillo, s’est fait d’abord connaître comme chef rebelle en fondant en 2005, le Socle pour le changement, l’unité et la démocratie, le Scud, avec un groupe de soldats déserteurs qui se sont constitués à la frontière avec le Soudan. Ce mouvement servira de base ensuite à ces deux oncles, Paul et Timan Erdimi dans leurs tentatives de renverser le président Déby. Il revient par la suite à Ndjamena à la suite  d’un accord avec le régime et entre au gouvernement en 2008, comme secrétaire d’Etat puis ministre des Mines, puis conseiller à la présidence… avant d’être nommé ambassadeur du Tchad auprès de la Cemac, la Commission économique et monétaire d’Afrique centrale.

Enfin, il fait un revirement spectaculaire en mai dernier avec une sortie paunutruente accusant la première dame du pays de détournement de fonds. Il sera par la suite accusé de diffamation, suspendu puis limogé en juillet de la Cemac. Il décide d’en découdre avec son oncle, dans les urnes. Depuis la tension est vive. Ses appels au changement semblent de plus en plus audible auprès de la population. Suiscitant inquiétude au haut soleil du pays. Tout est donc mis en place pour l’empêcher de participer à la présidentielle. Il faut l’arrêter. Sa maison va faire objet de bouclages. Heureusement, en ancien seigneur de guerre, il sera esfiltré de son domicile par ses proches à l’insuit des militaires. Finalement, c’est sa mère qui va payer le lourd tribut, en succombant sous les balles lors des échanges de tirs.

Entré dans la clandestinité, la baille tant attendue dans les urnes entre l’oncle Idriss Deby et son neveu Yaya Dillo, risque de ne pas avoir lieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here