Au moins 127 personnes ont été tuées ces derniers jours dans des affrontements entre soldats et jeunes d’une communauté locale du nord du Soudan du Sud qui refusaient de se prêter à une opération de désarmement, a indiqué mercredi à l’AFP le porte-parole de l’armée, Lul Ruai Koang.

En effet, « selon les derniers chiffres que nous avons, je peux vous confirmer que le bilan se monte à 127 morts. Selon nos informations, 82 civils ont été tués dans ces heurts et 45 soldats de l’armée du Soudan du Sud », a déclaré le porte-parole de la jeune armée.

Et pour cause, de jeunes hommes armés de la communauté Gelweng, refusant de rendre leurs armes dans le cadre d’une opération conduite par le gouvernement, ont attaqué une position de l’armée dans une zone appelée Romic. Pour le porte-parole de la jeune armée sud-soudanaise, en dehors de ces victimes, les affrontements ont fait 32 blessés parmi les militaires et un nombre « qui reste à établir » parmi les Gelweng. Selon M. Koang, la situation était en train de revenir à la normale et que les forces gouvernementales s’étaient repliées.

Rappelons que ce jeune État d’Afrique continue de faire face à une situation totalement instable avec plusieurs groupes armés qui se livrent régulièrement à des affrontements entre eux et contre l’armée nationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here