Au Togo, faire de l’agriculture une activité plus productive et résiliente aux effets du changement climatique, telle est l’ambition du chef de l’État Faure Gnassingbé. La maîtrise de l’eau doit forcément passer par là. Justement, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural a doté le secteur agricole d’un Schéma directeur de l’agriculture irriguée (SDAI).

En effet, environ 6 200 ha sont irrigués au Togo, soit près de 0,3% de la superficie cultivée. Le SDAI tombe donc à pic pour augmenter la surface de terre irrigable. Son objectif est de combiner les facteurs eau-sol-énergie pour mettre en place de différentes formes d’irrigation adaptées à chaque zone. Concrètement, le SDAI est un document de planification des actions d’irrigation sur la période 2023-2040. Pour ce faire, environ 106 000 hectares de terres ont été répertoriés dont 68 000 ha par les eaux de surface et 38 000 ha avec les eaux souterraines.

Des actions déjà en cours sur les Zaap
Des initiatives du Schéma directeur sont mises en œuvre sur les Zones d’aménagement agricoles planifiées (Zaap). Au total, 10 ha avec système de maîtrise de l’eau sont en train d’être aménagés. Il s’agit des systèmes d’irrigation par pompage solaires pour les eaux souterraines et de surface. D’autres travaux sont en cours de réalisation dans l’agropole de la Kara comme la construction d’un barrage hydroagricole. Grâce à ce barrage, la zone de production au sein de l’agropole sera irriguée.

Des actions en lien avec le SDAI sont menées

Le gouvernement togolais a commencé à mener depuis quelques années la politique de maîtrise de l’eau. En effet, sa collaboration avec le consortium Bbox-EDF a permis de mettre à la disposition des producteurs plus de 3 000 kits d’irrigation à pompage solaire. En outre, l’exécutif avec l’appui de la GIZ a mobilisé 272 kits de pompages solaires en faveur de 974 producteurs maraîchers des blocs de Zaap pour la campagne maraîchère 2020-2021.

La production et la vie des agriculteurs seront impactées

Avec le SDAI, le Togo verra sa production et ses rendements agricoles améliorés. Résultat, les producteurs vont faire augmenter leurs revenus et améliorer leurs conditions de vie. Aussi, la croissance de la production permettra aux pouvoirs publics d’assurer aux populations une sécurité alimentaire et de renforcer les industries de transformation agroalimentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here