Spread the love

Au Togo, il y a quelques jours, la nouvelle tombait comme une bombe. Nouvelle qui faisait état de la rupture de la digue du barrage de Sidiki, quelques jours seulement après la réception de l’ouvrage. Cette situation n’a pas laissé indifférent l’ordre national des ingénieurs du Togo, qui a diligenté une expertise afin de savoir les raisons de ce scandale et les conclusions du rapport d’expertise  sont sans appels.

En effet, dans un communiqué de presse de l’ONIT, signé de son président national l’ancien ministre Damipi NOUPOKOU, l’on retient beaucoup d’insuffisance dans la réalisation des travaux de construction de l’infrastructure. Ainsi, l’expertise de l’ONIT qui a consisté à faire des levés topographiques, écouté les indifférents acteurs, prélevé des échantillons de matériaux pour des essais au laboratoire, avait pour objectif de comprendre les circonstances et causes de ce qui s’est passé et de produire un rapport faire des recommandations. Selon les conclusions de l’expertise de l’ONIT, il ressort que la rupture de la digue est due entre autre « au mauvais choix  des matériaux, à la position et du dimensionnement de l’ouvrage évaluateur  de crue et au compactage de mauvaise qualité qui a été effectué » peut-on lire dans le rapport. Plus clairement, l’entreprise EEBTP, « n’a pas respecté les spécifications techniques particulières et générales prévues dans le dossier d’appel d’offre (DAO) », précise le rapport d’expertise de l’ONIT.

Par ailleurs, l’ONIT pointe également du doigts accusateur, le bureau de contrôle des travaux effectué par l’entreprise EEBTP. « Le bureau de contrôle a été complaisant dans sa mission de surveillance et de contrôle des travaux exécutés par l’entreprise », relève l’ONIT dans son rapport rendu public via communiqué de presse. L’autre constat important relevé dans ce rapport de l’ONIT est le fait que le maître d’ouvre qui se trouve être la mairie de Tône1,  « ne dispose d’un document ( contrat,  plans d’exécution et documents techniques) du projet. ». Ce qui pose véritablement problème car en temps normal, le maître d’ouvrage est cessé disposer de tous les données sur les ouvrages exécutés sur son ressort territorial.

En termes de recommandations, l’ONIT a exhorté les différentes mairies du Togo, à employer des technicienne permanents ayant les compétences requises et les former pour le suivi des travaux. L’ONIT invite également les mairies a recourir l’assistance de l’ordre dans l’étude technique et l’établissement des DAO, l’exécution, le suivi et contrôle des travaux. L’ordre national des ingénieurs invite aussi les ingénieurs à faire preuve de professionnalise et de responsabilité dans l’exécution des travaux.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here