Spread the love

L’élection au parlement panafricain est prévue pour fin mai prochain. Et déjà les candidatures et les lobbyings sont déjà engagés. C’est le cas de l’Egypte qui tente de séduire les pays en faveur de son candidat.

Actuelle président de la commission parlementaire des Affaires africaines à la Chambre des représentants Mostafa El-Guindi, est candidat au poste de président du Parlement panafricain. L’Egypte dans son offensive diplomatique, entend compter sur la voix du Togo lors des élections qui auront lieu en Afrique du Sud à la fin du mois prochain. Mohamed Karim Shérif, ambassadeur d’Egypte au Togo, a échangé avec le Président de l’Assemblée Nationale togolaise Dama Dramani, vendredi à ce sujet. « La voix du Togo aidera à porter loin le candidat égyptien » a indiqué le diplomate égyptien à sa sortie d’audience. Aux regards des relations d’amitiés qui lient le Togo et l’Egypte ces dernières années, il est de bon droit pour l’Egypte de pouvoir compter sur le soutien du Togo lors de ce vote. L’actuel Président du Parlement Panafricain est le camerounais By Nkodo Roger Dang

Il faut rappeler que le Parlement panafricain est l’Assemblée consultative de l’Union africaine. Il est créé lors de la cinquième session extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) actuelle Union africaine(UA), le 2 mars 2001 à Syrte, en Libye. Ses objectifs sont au nombre de 9 : faciliter la mise en œuvre effective des politiques et objectifs de l’OUA et, ultérieurement, de l’Union africaine ; promouvoir les principes des droits de l’homme et de la démocratie en Afrique ; encourager la bonne gouvernance, la transparence et l’obligation de rendre compte dans les États membres ; familiariser les peuples africains aux objectifs et politiques visant à intégrer le continent dans le cadre de la mise en place de l’Union africaine ; promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité ; contribuer à un avenir plus prospère pour les peuples africains en favorisant l’autosuffisance collective et le redressement économique ; faciliter la coopération et le développement en Afrique ; renforcer la solidarité continentale et créer un sentiment de destin commun parmi les peuples africains ; faciliter la coopération entre les communautés économiques régionales et leurs forums parlementaires. De fait, chaque État est représenté par 5 élus, dont au moins 1 femme, soit un total de 265. Les parlementaires panafricains sont élus ou désignés par leurs Parlements nationaux respectifs. La durée de leur mandat est calquée sur celle de leur mandat au plan national.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here