Au Niger, alors que l’armée nigérienne affirme avoir neutralisé le 24 octobre dernier dans un raide aérien sept terroristes dans la localité de Tamou autour du site d’orpaillage auteurs d’attaques contre un poste de police et des eaux et forêt, la veille et tué deux policiers ainsi que 24 civiles blessés lors de ces raides. La société civile nigérienne pointe une bavure militaire.

Dans son annonce relative à la neutralisation de ces sept terroristes, l’armée nigérienne a également annoncé la blessure de 24 personnes évacuées pour se faire soigner à Niamey lors des raides ayant tué les sept terroristes. Elle parle également de l’ouverture d’une enquête indépendante afin de déterminer leur lien avec les présumés terroristes neutralisés. Position que rejette la société civile nigérienne. Du côté des organisations de la société civile nigérienne notamment l’organisation tournons la page, on met en cause cette version des faits et parlent de bavure de l’armée.

Cette position de la société civile nigérienne fait suite au témoignage  des blessés actuellement soignés à Niamey. Selon ces témoignages, près de 7 000 orpailleurs travaillaient sur le site de Tamou. Des familles seraient encore à la recherche de leurs proches. Donc, le bilan officiel ne semble pas coller avec les récits entendus, explique Maïkoul Zodi, coordinateur national de Tournons la page, au téléphone de nos confrères de la rfi. La société civile demande également la démission du ministre de la défense. Car pour elle, l’armée se comporte aussi comme des terroristes.

Du côté des autorités nigériennes, l’on maintient la version de 7 terroristes neutralisés et 24 blessés. Pour l’heure, seule une enquête indépendante peut situer sur la réalité des faits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here