Les maliens votent depuis ce dimanche matin 12 août pour le deuxième tour de l’élection présidentielle opposant le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition arrivés premier et deux du premier tour du scrutin du 29 juillet dernier.
Après un premier tour qui a connu quelques soucis sécuritaires avec plus de 800 bureaux de votes qui ont pas ouverts, le scrutin ce dimanche est sous haute tension et haute surveillance militaire cause de la situation sécuritaire du pays nettement dégradée ces derniers mois. Le vote est aussi sous haute surveillance de plusieurs missions d’observation nationales et internationales présentes sur tout le territoire. Les enjeux restent les mêmes pour ce deuxième tour de l’élection présidentielle: les deux grands restent l’insécurité et la transparence de l’élection. Les premières autorités du pays et la communauté internationale ont mis tout en place pour que ni l’un ni l’autre ne compromette le bon déroulement  de ce second tour. A cet effet, sécurité et contrôle du scrutin sont renforcés et 36 000 hommes sont mobilisés sur tout le pays.

Ainsi, pour le scrutin de ce dimanche, les autorités assurent vouloir mieux organiser les choses. Ainsi, les cartes d’électeurs non encore retirées seront disponibles dans tous les bureaux de vote ce dimanche pour permettre à tous les électeurs de pouvoir voter vu que le premier tour du scrutin a connu un faible  taux participation. L’État s’est également engagé à sécuriser davantage les zones où il n’y a pas eu vote au premier tour, pour permettre la tenue des opérations électorales.

Ce second tour qui est la répétition de la présidentielle passée donne le président sortant largement favoris devant le chef de file de l’opposition qui n’a pas réussit à faire rallier autour de la cause de l’audience, toutes l’opposition malienne éliminée au premier tour. Ce qui l’aurait permis de refaire son retard de 23 points sur IBK.

 

à l’ouverture des bureaux n’a pas connu la même affluence qu’au premier tour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here