Investi au pouvoir le 21 octobre dernier, le président de la transition au Burkina-Faso, Ibrahim Traoré, pour son premier voyage officiel à l’extérieur, a choisi de se rendre chez son homologue et voisin du Mali, Assimi Goïta. Plusieurs sujets étaient au menu des échanges entre les deux hommes en treillis devenus présidents de leurs pays.

En effet, c’est vêtu d’un treillis marron appartement vert coiffé d’un Berret vert, que le chef de l’État malien de la transition, Colonel Assimi Goïta, attention au pieds de l’avion transportant son homologue et voisin du Burkina Faso, vêtu lui aussi d’un treillis gris et d’un grand masque couvrant  son cou et sa face ne laissant apparaître que deux petits orifices (les yeux) le tout assortit d’un berret rouge, qu’il a été accueilli sur le tarmac de l’aéroport International Modibo Keita Senou. Si depuis sa prise de pouvoir le 21 octobre dernier le capitaine Ibrahim Traoré ne s’est jamais présenté sans masque, juste après avoir quitté le tarmac de l’aéroport de Bamako, c’est à visage découvert qu’il a échangé en tête-à-tête avec son homologue Assimi Goïta. Un signe qui en dit long sur la marque de confiance entre les deux hommes d’État.

Si officiellement rien a filtré des discussions, plusieurs sources aussi bien du côté du Mali que du Burkina, rapportent qu’au cours de leurs entrevues, plusieurs sujets étaient sur la table. Il s’agit notamment de la lutte conjointe et la conjugaison des forces face à la menace du terrorisme dans leurs deux pays respectifs. On évoque la possibilité de patrouilles mixtes des forces maliennes et burkinabè le long de leur frontières communes, les échanges de renseignements et d’informations, une meilleure coordination des actions entre les armées malienne et burkinabè. Étaient également au menu des échanges de cette visite d’amitié et de travail,  le renforcement de l’axe Ouagadougou-Bamako, l’intensification de la lutte armée contre les groupes terroristes, la mutualisation des moyens de combats. Le cas des citoyens burkinabé réfugiés sur le sol malien a été aussi évoqué.

Il convient de rappeler que depuis sa prise de pouvoir le 24 mai 2021, le président Assimi Goïta a, dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme, renforcer la coopération militaire entre le Mali et la Russie avec des résultats assez convaincants sur les théâtres d’opérations. Le capitaine Ibrahim Traoré fera-t-il le même choix pour libérer son pays occupé en partie par les terroristes ? En tout cas c’est la volonté exprimée par beaucoup de burkinabé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here