Au Mali, les autorités de la transition ont fait de la lutte contre l’exploitation clandestinne et illégale des ressources naturelles et minières dans le pays , une de leur priorité majeur. Et ceci malgré les difficultés liées à ce combat contre une pratique vieille que le pays lui-même. C’est dans ce cadre qu’une centaine d’orpailleurs ont été interpellés dans la localité de  Kéniéba.

En effet, à ce jour, l’on compte sur l’ensemble du pays, plus d’une centaine d’orpailleurs illégaux, principalement détenus par des étrangers. C’est d’ailleurs ce qui justifie le fait que parmi la centaine de personnes arrêtées, les étrangers sont les plus nombreux. Outre l’arrestation de la centaine de personnes, des dizaines d’engins roulant et équipements divers dont des pelleteuses ont été saisis et mis à la disposition de la Justice par la Brigade. L’information a été révélée ce jeudi 10 novembre par le ministère malien des mimes à travers un communiqué. Ce communiqué révèle que, « le vendredi 4 novembre, dans la zone de Kéniéba, l’équipe du Haut fonctionnaire de Défense, le colonel major Nicolas Cissé, avec l’appui constant et sans faille de la direction nationale de la Géologie et des Mines a démantelé un site d’extraction frauduleuse. La mission a aussi interpelé deux orpailleurs illégaux de nationalité étrangère. De même, 2 pelleteuses et 1 bulldozer ont été saisis » lit-on dans le communiqué.

Trois jours plus tard, c’est-à-dire le 7 novembre,  renseigne le ministère,  l’équipe a procédé à la fermeture d’un site d’extraction illégale à Kandiolé. « Au cours de la même opération, 7 orpailleurs clandestins de nationalité étrangère dont une femme ont été interpellés. Leur équipement utilisé comprenait 8 pelleteuses, 4 tricycles, 1 véhicule pick-up double cabine, 4 Motopompes et 2 Groupes électrogène, tous saisis », précise le communiqué qui ajoute que conformément à la loi, les personnes interpellées et les équipements saisis ont été mis à la disposition de la justice. Le ministère a saisi l’occasion pour inviter tous ceux qui opèrent dans la zone de Kéniéba, à faire enregistrer leurs matériels et équipements destinés à la recherche et/ou à l’exploitation minière auprès de la direction nationale de la géologie et des mines car, « Tout équipement ou matériel non déclaré dans la zone est considéré comme étant destiné à des activités frauduleuses et pourrait faire l’objet de procédure judiciaire », prévient le ministre Seydou Lamine Traoré.

Il convient de rappeler que le Mali est pays hautement riche en ressources minières de tous ordres notamment l’or. Chaque année il est annoncé la sortie en moyenne de 50000 tonnes d’or. Malheureusement celà n’a pas d’effet induits sur le développement du pays. Tout porte à croire que l’exploitation clandestinne serait plus forte que ce qui est officiel.  C’est d’ailleurs ce qui justifie cette lutte lancée par les autorités de transition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here