La récente acquisition par Total de la totalité des intérêts de Tullow Oil dans le projet de développement du lac Albert en Ouganda, y compris l’oléoduc d’Afrique de l’Est, marque le début d’un nouveau chapitre pour l’industrie énergétique de l’Afrique de l’Est.

Pour disséquer l’accord et discuter de ses implications plus larges pour la région, la Chambre africaine de l’énergie  a organisé un webinaire avec d’éminents experts régionaux de l’industrie, organisé conformément à la règle de Chatham House.

Donnant la parole à responsables et des représentants clés de la Stanbic Bank, de la Standard Bank, de Shell, de Baker Hughes et de la Kenya National Oil Company, le webinaire a été modéré par Eng. Elizabeth Rogo, fondatrice et PDG de TSAVO Oilfield Services et présidente de l’Afrique de l’Est à la Chambre africaine de l’énergie.

Bonne ou mauvaise affaire ?

En vertu de l’accord annoncé la semaine dernière, la contrepartie globale versée par Total à Tullow sera de 575 millions de dollars, avec un premier paiement de 500 millions de dollars à la clôture et de 75 millions de dollars lorsque les partenaires prendront la décision finale d’investissement (DFI) pour lancer le projet. Aux termes de l’accord, Total acquerra la totalité de la participation actuelle de 33,3334% de Tullow dans chacun des permis EA1, EA1A, EA2 et EA3A du projet du lac Albert et du système proposé de pipelines de pétrole est-africain (EACOP). Le projet du lac Albert, également appelé projet Tilenga, a une capacité de production pouvant atteindre 230 000 b/j, ce qui propulserait l’Ouganda dans le top 5 des producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne. En outre, la raffinerie proposée de 60 000 b/j et certains des problèmes majeurs associés au projet ont été mentionnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here