Infléchir la courbe des abus sexuels sur mineurs, empêcher le passage à l’acte des pédophiles et favoriser le travail de résilience des victimes est un combat de tous sans exception aucune.

Face à la recrudescence des réseaux pédopornographiques, notre souhait est qu’on fonde à Lomé et pourquoi pas à Kara, Dapaong un centre où il y aurait à la fois du soin, de la prévention, de la recherche et de l’enseignement consacrés à cette question. Je sollicite à cet effet les pouvoirs publics à y pencher sur la question. Il faut une forte mobilisation pour éradiquer ce fléau sur la terre de nos aïeux.

En attendant que les pouvoirs publics ne prennent à bras le corps et prévenir ces abus sexuels, optons tous pour un outil de sensibilisation dont l’objectif est d’aider les parents et les personnes en charge d’enfants à parler de façon simple avec l’enfant de son droit de fixer les frontières de son intimité, de dire non à la main qui veut le toucher quand cela le met mal à l’aise et de savoir qu’il peut parler en toute confiance aux personnes qui s’occupent de lui.

Ce concept de sensibilisation est simple et tient dans une règle : On ne touche pas ici. Le ICI représentant les zones du corps de l’enfant généralement couvertes par ses sous-vêtements.

La clé est une bonne communication avec les enfants. Cela suppose un esprit d’ouverture, de la détermination, de la franchise et une atmosphère rassurante : écoutez-les et soyez réceptif à ce qu’ils ressentent. Faites en sorte qu’ils puissent se confier à vous.

Nous y reviendrons avec des astuces d’experts de protection des enfants.

Une société qui ne considère pas la protection des enfants comme une priorité absolue est perdue.

Milioussiba Innocent KAGBARA
MIK.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here