Les soutiens du professeur Kako Nubukpo initiateur du colloque international sur la nouvelle monnaie Éco, dans son bras de fer contre l’activiste Nathalie Yemb, se multiplient. Le dernier soutien en date est celui de Samuel KOFI FANGNON, Expert en genie mecanique, Promoteur du projet d’industrialisation du Togo, avec la creation d’un centre de formation de 10 000 ingenieurs/polytecniciens. Voici l’intégralité de sa réaction.


Madame Nathalie Yamb,
J’ai écouté avec beaucoup d’attention vos diatribes contre le Professeur économiste togolais KAKO NUBOUKPO sur la conférence qu’il organise sur le FCFA / ÉCO à Lomé, et pour laquelle vous auriez été invitée. Dans vos propos, vous traitez le Professeur économiste togolais KAKO NUBOUKPO de « collabo de la FrançAfrique », ou du moins d’un agent au service de la France.
Vous justifiez vos propos, en citant comme référence, le poste de la Francophonie qu’occupait le Professeur KAKO NUBOUKPO.
Vous justifiez vos propos en citant la fonction qu’occupe le professeur économiste togolais KAKO NUBOUKPO à l’UEMOA.

Madame, comment peut-on combattre un système FrançAfrique tout en restant entièrement et toujours en dehors de ce système ?
Je pense que dans notre quête de souveraineté et d’indépendance économique, nous commettons beaucoup d’erreurs qui nous empêchent d’avancer résolument.
Chère Nathalie Yamb, pour combattre un système comme la FrançAfrique, il faut chercher à connaitre comment le système fonctionne depuis les entrailles mêmes du système. Ce qui peut nécessiter que vous rentriez et travailliez au cœur du système, s’il le faut, afin d’en connaitre les points forts autant que les points faibles. Autrement dit, vous ne pourrez jamais combattre un système que vous ne connaissez pas et réussir à en finir avec.

Chère madame, nous devons accepter d’utiliser de la ruse pour combattre la FrançAfrique et c’est ce que le Professeur économiste KAKO NUBOUKPO s’emploie à faire. KAKO NUBOUKPO utilise la ruse, en travaillant dans ces institutions installées par la FrançAfrique, tout en gardant sa position active de réformateur du système.
Vous avez bien fait de parler de l’éminent Professeur Nicolas AGBOHOU que j’admire beaucoup pour sa position contre la monnaie esclavagiste qui est le FCFA. Toutefois, il faut reconnaître que les travaux du Professeur Nicolas AGBOHOU sont restés moins connus, sans jamais atteindre l’impact et l’audience des travaux du Professeur économiste togolais KAKO NUBOUKPO. Avec le Professeur Nicolas AGBOHOU la FrançAfrique continuait son chemin comme si de rien n’était, jusqu’à la dernière publication du Professeur KAKO NUBOUKPO qui a sonné une foudre et un coup d’arrêt à la FrançAfrique et son FCFA de malheur et de non-développement.

Madame,
Il faut revisiter l’histoire et le parcours du professeur KAKO NUBOUKPO. J’ai écouté avec attention le Professeur dire qu’il avait eu le déclic de combattre de FCFA depuis qu’il travaillait à la BCEAO à Dakar au Sénégal, et qu’il aurait observé que les pays africains utilisant le FCFA doivent déposer 50% de leurs réserves, leur argent, dans un compte d’opération en France auprès du trésor français, c’est-à-dire directement dans les poches du gouvernement français.
Si KAKO NUBUKPO n’avait pas travaillé à la BCEAO, comment pourrait-il comprendre et dénoncer le mécanisme du compte d’opération, en passant de la théorie universitaire à la pratique professionnelle ? C’est la preuve encore que nous ne pouvons jamais changer un système en restant isolés du système.
Cela me rappelle l’histoire récente de la Cote d’ivoire du Président Laurent GBAGBO. Le Président GBAGBO avec le recul aurait pu utiliser la ruse contre la FrançAfrique que de le défier frontalement. Pourquoi pas ?
Le Président centrafricain Faustin-Archange TOUADÉRA, un autre universitaire, nous donne le bon exemple : amené au pouvoir par la FrançAfrique, il a utilisé la ruse pour se débarrasser de la même FrançAfrique en se donnant pour alliés les Russes.

Chère NATHALIE YAMB,
Nous qui luttons pour l’émancipation de l’Afrique, et combattons la FrançAfrique nous devons éviter de nous opposer frontalement à la FrançAfrique, sans avoir rassemblé les moyens techniques et opérationnels suffisants de nous en débarrasser réellement. C’est ce constat réaliste qui doit être le nôtre désormais face à la FrançAfrique.
Dans vos propos contre le Professeur économiste togolais, vous avez eu à citer le nom des présidents que la FrançAfrique a assassinés parce qu’il serait contre le FCFA. Voulez-vous aussi la mort du Professeur KALO NUBOUKPO? Certainement pas, n’est-ce pas ?

Alors, chère sœur, je t’invite à revoir ta copie vis-à-vis du Professeur KAKO NUBOUKPO, car le fait de travailler dans les institutions créées par la FrançAfrique ne fait pas de lui un Collabo ou un agent de la FrançAfrique. Nous ne pourrons jamais changer un système en étant isolés du système.

Chère sœur NATHALIE YAMB, au vu de tout ce qui précède, je t’invite à revoir ta résolution et participer à la conférence de Lomé organisée par le Professeur KAKO NUBOUKPO afin d’apporter ta noble contribution aux débats et aux résolutions pour l’avenir de notre cher continent.

Je te remercie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here