Les insectes migrateurs, les maladies des plantes et autres nuisibles représentent une menace importante pour les récoltes et les revenus des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Alors que les criquets, la chenille légionnaire d’automne, les mouches des fruits, les maladies du bananier et du manioc, la rouille du blé, etc., se répandent dans toute l’Afrique de l’Ouest et du Centre, les agriculteurs perdent leurs récoltes, la sécurité alimentaire est menacée et la biodiversité et l’environnement locaux sont endommagés.

Cette situation est sur le point de changer grâce aux efforts que WAVE et le CORAF sont en train de déployer grâce au soutien financier de la Fondation Bill and Melinda Gates, du Foreign Commonwealth and Development Office et de l’Union européenne, avec le soutien politique de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC).Ainsi, au cours d’une rencontre de haut niveau co-organisée par WAVE et le CORAF en collaboration avec le gouvernement de la Côte d’Ivoire, tenue les 27 et 28 mai 2021, un nouveau centre régional sur les phytopathogènes transfrontaliers a été inauguré. L’événement qui tenu au Pôle scientifique et d’innovation de l’Université Félix Houphouët-Boigny à Bingerville, Abidjan, a réuni les principaux acteurs nationaux et régionaux du système alimentaire de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et a eu également pour objectif d’engager un dialogue de haut niveau sur les questions essentielles liées aux maladies virales du manioc.

« Pour les agriculteurs et tous les acteurs de la chaîne de valeur agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre, ce centre est une partie importante de la solution pour lutter durablement contre les phytopathogènes transfrontaliers. C’est la raison d’être de ce centre », déclare le professeur Justin Pita, directeur exécutif de WAVE. Les centres régionaux d’excellence sont des outils utilisés pour prendre en charge un défi majeur de la recherche agricole. Ce sont également des espaces d’échanges d’idées, de création de synergies et de mutualisation des ressources humaines, financières et matérielles. « Notre agriculture est soumise à de nombreuses contraintes dont les effets sont exacerbés par les changement climatiques. C’est pourquoi la sécurité alimentaire et nutritionnelle de nos populations est devenue une préoccupation majeure. Ce centre régional peut fournir des solutions durables qui permettront de transformer l’économie agricole de l’Afrique de l’Ouest et du Centre », déclare le Dr Abdou Tenkouano, Directeur exécutif du CORAF.

Des plans nationaux opérationnels 

Sous l’égide de WAVE et en partenariat avec les partenaires nationaux, dix pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre ont développé des plans de riposte nationaux contre les maladies virales de plantes. Ces plans doivent à présent être mis en œuvre.

En plus de l’inauguration du nouveau centre régional sur les phytopathogènes transfrontaliers, l’événement d’Abidjan offrira également une plate-forme aux Ministres de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale aux côtés d’autres décideurs et experts pour réfléchir sur le suivi et la gestion des maladies virales du manioc.

Outre l’inauguration du nouveau centre d’excellence sur les phytopathogènes transfrontaliers, la cérémonie d’Abidjan, permettra aux ministres de plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, ainsi qu’à de nombreux décideurs et experts, de se pencher sur le suivi et la gestion des maladies virales du manioc.

Au cours de cette réunion de deux jours, les discussions porteront sur la connaissance des principales maladies virales du manioc et l’opérationnalisation des plans d’action nationaux. Plusieurs tables rondes sont prévues pour notamment discuter des approches pour renforcer les synergies entre les organisations nationales et régionales afin d’établir un système de surveillance efficace.

Afrique-News avec Coraf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here