Alors que l’Angola cherche à attirer des investisseurs étrangers des Amériques, de l’Europe, du Moyen-Orient et de l’Asie, ses voisins africains les plus proches entrent également dans la course pour tirer parti des vastes opportunités d’investissement sur le deuxième marché producteur de pétrole d’Afrique.

Au-delà des acteurs pétroliers africains traditionnels, originaires pour la plupart du Nigéria, les sociétés sud-africaines manifestent un intérêt croissant pour la régionalisation et l’expansion de leurs activités au-delà de leur pays d’origine. Le Président João Lourenço avait d’ailleurs choisi l’Afrique du Sud comme première destination de sa visite d’État. Cette visite avait ensuite été suivie en 2018 par une mission sud-africaine de commerce et d’investissement à Luanda.

Bien que les mégaprojets de GNL du Mozambique soient perçus par de nombreuses entreprises sud-africaines de construction, de services et d’approvisionnement comme des opportunités proches et très intéressantes, un marché important et en expansion tel que l’Angola est également apparu ces dernières années dans leur radar.

C’est notamment le cas des géants appartenant à l’État sud-africain, comme le Central Energy Fund (CEF), qui sont chargés de développer un marché national de l’énergie robuste et de sécuriser les approvisionnements énergétiques nécessaires pour soutenir la croissance de l’économie sud-africaine. Dans le cadre du plan de ressources intégrées (IRP) qui doit être adopté par le pays cette année, 8 100 MW de capacité de production d’électricité à partir de gaz seront ajoutés en Afrique du Sud d’ici 2030. L’Afrique du Sud reste également le plus grand raffineur de l’Afrique subsaharienne et envisage de nouvelles unités de pétrochimie et de raffinage qui auront toutes besoin d’approvisionnements en pétrole brut et en gaz naturel qui n’existent pas au pays.

Il n’est donc pas surprenant que l’Angola, avec ses opportunités lucratives et son environnement commercial réformé, accueille une forte délégation d’entreprises sud-africaines lors de la prochaine conférence Angola Oil & Gas 2019, qui se tiendra à Luanda du 4 au 6 juin. Le sommet est organisé par Africa Oil & Power et soutenu par le ministère des Ressources minérales et du Pétrole de l’Angola.

« Les réformes économiques adoptées par le Président Lourenço et l’ouverture de vastes licenses de pétrole et de gaz constituent la plus grande opportunité d’exploration de l’histoire de l’Angola, » a déclaré Guillaume Doane, PDG d’Africa Oil & Power. « C’est une nouvelle ère pour l’Angola qui voit cette année l’arrivée de plusieurs nouveaux venus sur son marché. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here