Dans le cadre de la journée mondiale de l’océan célébrée ce 08 juin 2022, le Centre mondial pour la bonne  gouvernance dans la lutte antitabac (GGTC) a rendu public un rapport sur les plastiques toxiques du tabac qui nuisent à l’écosystème des océans. Dans un communiqué de presse dont copie est parvenue à la rédaction d’Afrique-news, les défenseurs de la lutte antibac appellent à « sauver l’océan des plastiques toxiques du tabac »; Voici l’intégralité du communiqué de presse.

Communiqué de presse

Les défenseurs de la communauté de la lutte antitabac cherchent à sauver l’océan des « plastiques toxiques du tabac », conformément à un rapport publié par le Centre mondial pour la bonne gouvernance dans la lutte antitabac (GGTC) à l’occasion de la Journée mondiale des océans à l’occasion de la Journée mondiale des océans (Revitalisation : Collectif Action pour l’Océan.).

Le rapport estime que le monde a subi environ 186 milliards de dollars*, au cours des 10 dernières années seulement, en pertes d’écosystèmes dues aux mégots de cigarettes et aux emballages en plastique du tabac jetés qui, selon les estimations, pénètrent dans les océans ; tandis que 548 millions USD représentent le coût annuel de la gestion des déchets plastiques des produits du tabac.

Le rapport intitulé « Les plastiques toxiques du tabac : une perspective mondiale » explique à quel point les mégots de cigarettes sont particulièrement toxiques en raison de leur teneur en produits chimiques et en métaux lourds, et mentionne que l’industrie du tabac savait que les fibres plastiques des filtres de cigarettes provoquaient une forme de cancer plus agressive. Notamment, les mégots de cigarettes sont composés principalement d’acétate de cellulose, une forme de plastique à usage unique non biodégradable. Selon le rapport, les tactiques de l’industrie du tabac masquent les dommages environnementaux et sanitaires qu’elles causent : les compagnies de tabac et les entités financées par le tabac soutiennent les campagnes anti-déchets sauvages et connexes comme moyen d’auto-promotion, de marketing et de parrainage qui sont interdits dans de nombreux pays.

En l’honneur de la Journée mondiale des océans, GGTC s’est joint à l’action collective des défenseurs de la lutte antitabac du monde entier qui diffusent la contrepartie locale du rapport, une note environnementale personnalisée intitulée Comment les compagnies de tabac devraient-elles payer pour la pollution ? préparé par GGTC en collaboration avec STOP, un organisme mondial de surveillance de l’industrie du tabac.

Selon le directeur exécutif du GGTC, Bungon Ritthiphakdee, « Le rapport fournit une première estimation prudente des coûts annuels de gestion des déchets post-consommation des produits du tabac et des coûts secondaires de la pollution par les déchets plastiques du tabac sur la base de ce que l’on sait du niveau de contamination plastique des océans. et d’autres plans d’eau. Les estimations et l’ampleur de la pollution plastique causée par les filtres de cigarettes surviennent à un moment où l’ONU a déclaré la guerre aux « plastiques à usage unique » et alors que la communauté internationale se prépare à un traité mondial sur les plastiques. »

Le rapport appelle les gouvernements à faire payer l’industrie du tabac pour les dommages environnementaux et à investir dans des recherches indépendantes sur l’évaluation des dommages environnementaux du tabac afin de prendre des décisions politiques éclairées, notamment en faisant payer l’industrie du tabac par le biais de taxes ou de prélèvements, ou de litiges, entre autres. Il appelle également le secteur environnemental à veiller à ce que les plastiques toxiques du tabac soient correctement traités dans le traité mondial sur les plastiques en cours de négociation ; en particulier, que l’industrie du tabac n’est pas autorisée à s’associer aux gouvernements, à avoir un siège à la table ou à saper les interdictions de parrainage ; au nom des régimes de « responsabilité élargie des producteurs » communément adoptés pour traiter les plastiques à usage unique. En effet, les produits du tabac ne procurent aucun avantage à l’humanité ou à l’économie, et l’industrie du tabac ne doit pas être traitée comme n’importe quelle industrie, conformément à l’article 5.3 du traité mondial de lutte antitabac, la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac.

* L’étude utilise des estimations sur la « perte de services écosystémiques pour la durée de vie des plastiques » dérivées du coût caché des plastiques du WWF, 2021. Pour les plastiques du tabac (mégots de cigarettes et emballages en plastique), on estime que 20 milliards de dollars sont perdus chaque année en termes de perte des services écosystémiques sur la durée de vie des plastiques du tabac. Le coût pour les 10 dernières années est de 186 milliards USD compte tenu de l’inflation. Les « services écosystémiques » sont définis dans le rapport du WWF comme des « services d’approvisionnement, de régulation, d’habitat et culturels », où « les services d’approvisionnement comprennent les divers biens que les gens peuvent obtenir des habitats marins, y compris la nourriture aquatique sous la forme de poissons d’élevage ou de capture sauvages, invertébrés et algues. Les services de régulation comprennent la séquestration du carbone, la lutte contre les inondations et la lutte antiparasitaire. Enfin, l’habitat et les services culturels comprennent les nouveaux produits chimiques, la diversité génétique, les sites spirituels et les loisirs.

À propos de GGTC:

Le Centre mondial pour la bonne gouvernance dans la lutte antitabac (GGTC) vise à s’attaquer au plus grand obstacle à la lutte antitabac, l’ingérence de l’industrie du tabac. Il s’agit d’une initiative conjointe de la School of Global Studies, de l’Université Thammasat et de la Southeast Asia Tobacco Control Alliance (SEATCA). Il est également un partenaire clé de Bloomberg Philanthropies’ Stopping Tobacco Organizations and Products (STOP) et a été désigné comme secrétariat de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac en tant que centre de connaissances sur l’article 5.3 (disposition du traité sur la lutte contre l’ingérence de l’industrie du tabac).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here