Le Président du parlement de la CEDEAO, l’honorable Dr. Sidie Mohamed Tunis séjourne depuis le 26 septembre 2022 à Lomé. Il participe dans la capitale togolaise aux travaux du séminaire parlementaire et de la 2ème session extraordinaire dudit parlement consacrée à l’examen du budget exercice 2023. Il a à son arrivée, accordé une interview à nos confrères de la télévision nationale dont voici l’intégralité de l’entretien.

Monsieur SIDIE Mohamed TUNIS, vous êtes le Président du Parlement de la CEDEAO, vous êtes à Lomé pour deux (02) activités importantes de votre Institution : d’abord un séminaire parlementaire, puis la session extraordinaire de l’année 2022 du Parlement qui se tient jusqu’au 08 octobre prochain. Dites-nous pourquoi le choix de Lomé pour abriter ces deux activités ?

Je vous remercie de m’avoir accueilli ici. Je suis très heureux d’être ici au Togo que je considère comme ma deuxième patrie.
Pourquoi nous avons choisi le Togo pour abriter cette session ?

Parce que le Togo est un membre de la CEDEAO et un membre très important de la communauté de la CEDEAO. Et aussi, conformément à notre acte additionnel, il y a deux (02) sessions ordinaires du parlement et deux (02) sessions extraordinaires au cours de l’année. Donc cette session, nous avons décidé de la tenir ici au Togo, parce que vous avez un Président, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, qui rend un service très important à la communauté de la CEDEAO. Et pour s’assurer que la paix, la sécurité prévalent dans la sous-région, il n’est que de bon ton que vous organisiez des programmes ici dans le pays pour montrer la reconnaissance de toute la communauté pour les efforts qu’il fournit. Voilà les raisons pour lesquelles nous sommes ici.

Avant la session extraordinaire des députés, il y aura un séminaire parlementaire. Qu’est-ce que les députés vont pouvoir tirer comme profit ?

Chaque fois que nous avons des sessions extraordinaires, elles sont précédées par des séminaires parlementaires. Et il s’agit des moments de renforcement de capacité pour les députés et les parlementaires.

A ce séminaire, le thème c’est l’appropriation du règlement intérieur dans le cadre de l’acte additionnel relatif au renforcement des prérogatives du Parlement. Donc il s’agit d’expliquer aux parlementaires leurs rôles, leurs pouvoirs, leurs fonctions afin qu’ils s’approprient mieux les nouvelles dispositions de l’Acte.

Y-a-t-il des innovations apportées au Règlement intérieur en lien avec l’Acte additionnel ?

Bien entendu. Parce qu’en dehors des missions régaliennes qui sont dévolues au parlement à savoir : la supervision du travail de l’exécutif, les missions d’établissement des faits, le contrôle budgétaire, nous voudrions maintenant que le Parlement ait le pouvoir d’exiger la transparence et la redevabilité de l’exécutif. Donc, désormais à partir de cet acte additionnel, les rapports de toutes les missions d’audit, dans toutes les agences de la CEDEAO seront présentés au parlement et ces rapports seront débattus et discutés.

Voilà la première innovation, la principale que nous allons trouver dans le règlement intérieur du Parlement.

Cette session extraordinaire devra permettre d’examiner et d’adopter le budget du parlement de la CEDEAO. Quelle sera l’étape suivante après les travaux ?

En fait, c’est tout un processus. C’est la procédure qui va commencer à Lomé où le Parlement va examiner son budget.
Après avoir étudié et adopté son budget en première lecture, ce budget comme tous les budgets des autres institutions et agences de la CEDEAO que ce soit l’OAS, que ce soit la Cour de justice de la CEDEAO, toutes ces institutions vont consolider leurs budgets. Ces budgets seront envoyés à cette commission qu’on appelle la commission administrative et financière qui est la CAF et c’est la CAF qui va étudier tous ces budgets, consolider ces budgets. Le budget consolidé va être renvoyé encore au Parlement, tout le budget de la communauté de la CEDEAO et le Parlement va encore statuer sur ce budget avant son adoption finale. Donc, c’est tout un processus qui a commencé depuis.

En fait, déjà la semaine dernière, nous avons une commission ad hoc qui a étudié le budget et le rapport a été présenté par l’honorable Ibrahima Mémounatou qui est la troisième Vice-présidente du Parlement de la CEDEAO. C’est ce rapport qui sera étudié en session extraordinaire et qui sera adopté avant d’être introduit dans le processus qui vient juste de commencer.

Après cette session extraordinaire, vous avez un programme qui s’étend jusqu’au 8 octobre prochain. Parlez-nous brièvement des missions dévolues au parlement ?

Le Parlement de la CEDEAO est engagé résolument dans le renforcement de la paix et de la sécurité dans la sous-région.
En fait, ce Parlement de la CEDEAO a une histoire à raconter. Lorsqu’il y a eu des élections parlementaires en Sierra-Léone en 2018 et puis il y avait le chaos entre le gouvernement et l’opposition, c’est le Parlement de la CEDEAO qui a conduit une mission de médiation afin de résoudre le différend entre les frères Sierra-Léonais.
Donc nous, en tant que représentants de la population de la CEDEAO, nous soutenons beaucoup les efforts pour la démocratisation de la sous-région. Nous sommes très actifs dans la résolution des conflits.

M. le Président du parlement de la CEDEAO, nous sommes à la fin de l’entretien, quel est votre mot de la fin ? 

Il me reste qu’à remercier le peuple togolais, son Président Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, remercier aussi le Parlement togolais sous la conduite de Son Excellence Madame Yawa Djigbodi Tsègan, la délégation des parlementaires togolais au Parlement de la CEDEAO sous la conduite de son Excellence Madame Mémounatou pour tout le soutien qu’ils nous ont apporté et d’avoir permis que cette session se tienne ici au Togo. Le Togo est un beau pays et nous sommes heureux d’être ici. C’est pour cela que nous vous invitons tous à vous informer de tout ce qui va se passer au cours de ces moments-là.

Particulièrement, j’invite la presse à s’intéresser aux activités du Parlement de la CEDEAO, passer l’information, faites savoir à la population que la CEDEAO se déplace pour être plus proche d’elle. Puis qu’on le sait maintenant, c’est désormais la CEDEAO des peuples.

Le Parlement aurait puis se cantonner à Abuja et tenir sa session, mais on a décidé d’être ici pour être plus proche de la population. Une fois encore, merci

Source : TVT

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here