Quelques semaines seulement après sa condamnation à 20 ans de prison par la justice ivoirienne, une plainte est déposée jeudi 07 mai à Paris, capitale de la France contre le leader du GPS en exile en France depuis plusieurs mois maintenant. De graves accusations sont portées contre l’ancien président de l’Assemblée nationale, et ancien premier ministre de Côte d’Ivoire.

En effet, de graves chefs d’accusation sont portées contre l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire et leader du GPS. Ainsi, dans la plainte déposée à Paris, Guillaume Soro est accusé de « torture, assassinat et crimes de guerre ». Des faits qui remontent à l’époque où il était le chef des Forces nouvelles entre 2003 et 2011. Deux séries de faits sont contenus dans cette plainte à savoir des massacres commis à Bouaké et Korogho en 2004 lors des combats entre factions rebelles pro-Soro et pro-IB et la mort d’Ibrahima Koulibaly, alias IB, « général autoproclamé » et rival de Guillaume Soro à la tête de la rébellion le 27 avril 2011, deux semaines après la chute de Laurent Gbagbo. Une mort dont les circonstances restent non clarifiées. Outre la mort de IB, il y a aussi, celles de son frère Soualio Koulibaly et Issiaka Timité, dont le leader du GPS est également accusées d’être auteur par les plaignants.

De son côté, le conseil de Guillaume SORO, balaye du revers de la main ces accusations. En effet, pour l’un de ses avocats, Maître Robin Binsard, il estime qu’il s’agit d’une « tentative pour discréditer la candidature de Guillaume Soro » lors de la présidentielle ivoirienne, prévue en octobre prochain. Il pense que les auteurs de cette plainte seront poursuivis « Nous déposons plainte pour dénonciation calomnieuse, ajoute-t-il. Les auteurs de ces accusations fallacieuses, compte tenu de la gravité et de l’inexactitude de celles-ci, doivent être sanctionnés. » a-t-il indiqué à nos confrères de la rfi. De son côté, Anne Marie Bonifon, coordinatrice nationale de son parti Générations et peuple solidaires(GPS), tout est fait pour empêcher Guillaume Soro de se présenter à la présidentielle de 2020.

Il faut rappeler que l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, est tombé en disgrâce avec le pouvoir d’Abidjan depuis qu’il a refusé de rejoindre armes et bagages, le RHDP du président Alassane Ouattara et déclaré qu’il quittait le tabouret pour s’assoir dans le fauteuil qui est plus confortable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here