Spread the love

En Afrique en général et en Afrique de l’ouest en particulier, depuis quelques années, l’on note la montée en puissance  des structures opérant dans le trading avec leurs lots de problèmes. Face à la situation, le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers ( CREPMF ) est monté au créneau à travers un communiqué pour inviter les populations à la prudence.

En effet, le gendarme du financier régional de l’UEMOA, CREPMF, est sorti de son silence pour donner sa position sur la question relative aux structures opérant dans le trading. Ainsi, dans un communiqué daté du 18 mars dernier, le CREPMF a fustigé la multiplication des structures financières qui proposent aux populations des offres de placement juteux au sein de l’espace UEMOA notamment au Bénin, au Niger et au Togo. Il est pointé du doigt accusateur, es compagnies comme: GLOBAL INVESTMENT TRADING (LIYEPLIMAL), GLOBAL TRADE CORPORATION, HIGH LIFE et CHY MAL . Pour le régulateur du marché financier de l’Uemoa, ces structures « se sont indûment attribuées des prérogatives auxquelles elles n’ont pas droit. »

D’après le CREPMF, ces sociétés, se déclarant en effet spécialistes dans le trading de la crypto monnaie et l’achat et la vente de biens en ligne, « procèdent illégalement à la collecte régulière de l’épargne de la population contre des promesses de rendement mirobolant », indique le communiqué. En procédant de cette manière, ces structures contournent l’autorisation du CREPMF, alors que la réglementation en vigueur indique que, les opérations d’appel public à l’épargne sur le marché financier régional de l’UMOA sont soumises préalablement au visa du CREPMF. Le gendarme du marché financier régional de l’Uemoa rappelle donc que la liste des structures incriminée n’étant pas exhaustive, toute entreprise qui se livre à cette activité, est frappée de l’illégalité et décline ainsi sa responsabilité en cas d’abus dont certains souscripteurs à ces opérations seraient victimes.

Le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers, invite la population à la vigilance et les invite à se référer aux seuls acteurs ou opérations disposant d’un agrément ou d’un visa émis par CREPMF. Il faut rappeler qu’au Togo comme au Bénin, plusieurs de ces structures font déjà face à des difficultés de payement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here