Spread the love

C’est parti depuis ce matin à Dubaï pour le compte des travaux de la troisième édition du mois de la diaspora africaine constructive.

En effet, délocalisé à Dubaï, cette 3èm édition est placée sous le thème: « Amélioration du partenariat public-privé en Afrique, pour le financement des projets de développement » . La rencontre sinon la plus grande rentre annuelle de la diaspora africaine constructive du monde, se tient cette année en mode virtuelle du fait de la mandé du coronavirus. C’est le coordonnateur eu Mois de la Diaspora africaine constructive, l’ancien Ambassadeur du Bénin en Turquie, Moïse Tchandjo Kérékou, qui a donné le ton des travaux de cette édition à travers un important discours solennel. Disciple à travers lequel, il a salué le génie, la vision et les mérites d’un homme humble, discret et exemplaire, dont l’un des plus grand objectifs, est d’œuvrer pour le développement de l’Afrique par les africains et pour les africains. « Je veux nommer notre frère et ami, M. Kovi Akouété ADANBOUNOU, actuel Maire de la Commune de Agoè-Nyivé 1 », a indiqué Moïse Kérékou dans son discours.

Après avoir rendu ce vibrant hommage celui par qui l’idée a vu le jour, le coordonnateur du Mois de la diaspora africaine constructive, a rappelé le rôle important que la diaspora africaine peut jouer dans le développement de l’Afrique. Car pour lui, la Diaspora africaine aujourd’hui, c’est environ à 200 millions d’africains vivant hors du Continent. « C’est aussi environ 65 milliards de dollars de fonds rapatriés en Afrique dont plus de la moitié pour l’Afrique de l’ouest seule. Cette manne financière astronomique est largement suffisante pour développer une nouvelle dynamique de croissance sur notre cher et beau Continent car ce montant des transferts représente plus de 100 fois l’aide au développement et plus de 5 millions de fois l’aide dont a bénéficié l’Europe pour sa reconstruction, connue sous l’appellation de Plan Marshall », a-t-il précisé. Selon lui, si l’on arrive à mobilier et canaliser ces 1℅ de ces fonds, ce serait un grand plus pour le financement des projets de développement de l’Afrique « Maintenant, imaginez qu’on arrive à mobiliser, canaliser et orienter seulement 1% de cette importante manne financière d’une part pour des projets d’investissements structurants à fort potentiel d’emplois pour la jeunesse africaine et d’autre part pour des projets publics à fort potentiel social pour juguler définitivement la pauvreté », soutient Moïse Tchando Kérékou dans son discours.

Il a enfin  au nom des organisateurs de la troisième Edition du mois de la Diaspora africaine constructive, remercié les autorités du pays hôtes pour avoir accepté que leur pays accueille cette édition. « Les Émirats Arabes unis sont un partenaire dynamique du Continent africain depuis près d’un demi siècle et la diaspora en terre emiratis ne cesse de croître pour le bonheur de nombreuse famille africaine », a-t-il indiqué.

Une déclaration finale mettra fin aux travaux de la troisième édition du Mois de la diaspora africaine constructive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here