Spread the love

Dans le souci de favoriser l’investissement dans les pays à travers l’évaluation du climat des affaires dans chaque pays,  depuis 1989, le CIAN réalise un baromètre annuel auprès des responsables de filiales des sociétés internationales implantées sur le continent africain.

En effet cette évaluation prend en compte 39 critères d’appréciation couvrant les domaines tels que les infrastructures, l’administration, l’économie, les finances, le social, les facteurs de production et le développement durable. Ainsi, pour l’édition 2021, la note globale d’appréciation du climat des affaires pour le continent africain s’établit à 2,6 sur 5 légèrement meilleure que celle des trois dernières années. L’Afrique du Nord obtient la meilleure évaluation, devant l’ensemble formé par les pays d’Afrique australe, de l’Est et l’océan Indien, à égalité avec les pays d’Afrique de l’Ouest. En tête de classement global, le Maroc rattrape l’ile Maurice. Le Togo, le Sénégal, le Bénin, l’Afrique du Sud et la Tunisie les suivent grâce à des scores en progression.

Quant aux notes publiées ce jeudi 10 mars 2022mêmes mettent en exergue les performances du Togo par rapport à l’appréciation de son environnement des affaires en constante amélioration. Ainsi pour l’évaluation 2021, le Togo obtient un score honorable de 3,4 sur 5 contre 2,8 en 2020, soit un taux de progression de 21,4%. Cette performance s’explique par les efforts du gouvernement dans plusieurs domaine de l’environnement des affaires et notamment grâce à la croissance économique renouée en 2021 malgré la crise de la Covid 19.SSelonl’évaluation CIAN 2021, en matière de développement des infrastructures logistiques, le pays est un hub maritime de première importance grâce au port autonome de Lomé, dont le trafic a progressé de 15% en 2020 et s’est hissé au quatrième rang des ports à containers d’Afrique (après Tanger, Port Saïd et Durban).

Hub logistique et financier, réputé pour sa sureté (comme celle des eaux territoriales), le Togo veut attirer davantage d’investisseurs afin d’accélérer son industrialisation et renforcer son attractivité à travers la plateforme d’Adétikopé. Cette dernière a pour vocation de favoriser la transformation locale des matières premières agricoles destinées à l’exportation (coton, soja) avec à la clé, 30 000 emplois créés d’ici 2025.

Sur le plan des infrastructures, notamment, la distribution électrique et le réseau routier, le Togo fait partie des meilleurs en obtenant un score compris entre 3,7 et 4,4 comme l’indique le schéma ci-dessous. Deux nouvelles centrales énergétiques ont été mises en services en 2021 : l’une thermique à cycle combiné gaz-vapeur à Kékéli et une autre solaire à Blita.

Les performances du Togo sont aussi remarquables en matière d’incitation à l’investissement. Le Togo s’est surtout démarqué des autres pays africains dans les domaines du droit du travail, de la sécurité des personnes, du secteur bancaire, du réseau portuaire et aérien. Toutefois, des défis restent à relever dans les domaines de crédits aux entreprises, du coût de l’électricité et du coût de la télécommunication.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here