Au Cameroun, plus d’ambouteillege au SED. C’est finalement un ouf de soulagement après plus d’un mois d’enquêtes et d’auditions, de compléments d’enquêtes et d’allers-retours entre le SED et le Tribunal Militaire, suite à l’assassinat crapuleux du journaliste, animateur de l’émission ambouteillage, chef d’antenne de la Radio Urbaine Amplitude FM,  Martinez Zogo, enlevé devant un poste de gendarmerie à Yaoundé dans la nuit du 17 janvier avant que son corps sans vie ne soit retrouvé cinq jours plus tard, le 22 du même mois. Plusieurs complices et exécutants de ce crime odieux ont été déposés à la prison civile de Kondengui à Yaoundé.

En effet, après le rendez-vous de jeudi avorté, la vingtaine de suspects dans l’assassinat du confrère journaliste ont finalement été présenté vendredi 3 mars pour la troisième fois, devant le Commissaire du gouvernement. Ainsi, arrivés devant le Commissaire du gouvernement à 17h50 TU, il aura fallu attendre ce samedi 04 mars à 6h TU après une nuit longue, pour que chaque suspect soit situé sur son sort. C’est ainsi que le principal suspect dans cette affaire d’assassinat du journal, le PDG du Groupe de presse L’anecdote, l’homme d’affaires Jean Pierre Amougou Belinga, le DG la DGRE Maxime EKO EKO, du chef des opérations de la DGRE Justin Danwé et la vingtaine de son Commando ont été déposés à la prison civile de Kondengui. Certains pour de complicité d’actes de torture et pour d’autres de filatures, enlèvement, complicité d’actes de torture sur le journaliste Martinez Zogo.

Par contre d’autres suspects ont été libérés provisoirement et devront comparaitre livre lors du procès. Il s’agit notamment du bras droit de l’homme d’affaires Jean Pierre Amougou Belinga, Directeur Général des médias du Groupe L’anecdote, le jeune Bruno Bidjang, du Colonel Étoundi Nsoé, chef de la sécurité de Jean-Pierre Amougou Belinga ainsi que 4 autres proches de l’homme d’affaires. Cette décision a été accueillie au sein de l’option comme un ouf de soulagement car beaucoup redoutaient que pour une fois de plus, cette enquête comme toutes les autres avant, fasse flop. Car beaucoup d’enquêtes ouvertes dans le cadre de plusieurs meurtres n’avaient jamais livré de conclusions. Mais dans le camp du principal suspect, les avocats du camp Amougou Belinga, se satisfaient de la libération de plusieurs proches de leur client dont Bruno Bidjang qui reste tout de même sous contrôle judiciaire.

À noter que, désormais déposés à la prison civile de Kondengui, les inculpés devront à compter de ce 04 mars, patienter encore six (6) avant l’ouverture de leur procès. Pour  l’heure, l’on parle d’ambouteillege à la prison civile de Kondengui et d’une d’une victoire d’étape pour la mémoire de l’animateur vedette de l’émission ambouteillage et chef d’antenne  de la radio Amplitude FM, Martinez Zogo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here