Au Burkina-Faso, dans le souci de respecter sa promesse faite lors de sa prestation de serment le 21 octobre dernier « je me battrai  jusqu’au dernier souffle », le président de la transition du Burkina-Faso , Ibrahim Traoré lance un processus de mobilisation générale pour enrôler 50 000 volontaires pour aider les FDS dans la lutte contre les djihadistes et la protection du territoire.

Il s’agit en effet, de la mobilisation de 35 000 volontaires pour le compte des communes du pays et de 15 000 volontaires pour la brigade de veille et de défense patriotique. Ces 50 000 volontaires, seront initiés à la formation malitaire et mis à contribution dans le cadre la lutte antiterroriste. Cette opération s’adresse à tous les burkinabé de 18 ans révolus. La décision de créer cette brigade de veille et de défense patriotique, ne date pas d’aujourd’hui. Cette décision a été prise au cours d’un Conseil supérieur de la défense sous l’ancien président, le lieutenant-colonel Paul Henri Damiba avec pour mission essentielle la coordination opérationnelle de la défense civile du territoire, la contribution à la recherche du renseignement et la défense de certaines parties du territoire en cas de nécessité. Malheureusement, l’operationalisation de la brigade n’a pas été effective jusqu’au Coup d’État du 30 septembre dernier.

Ainsi, la brigade de veille et de défense patriotique, aura entre autre pour missions: la coordination opérationnelle de la défense civile du territoire, la contribution à la recherche du renseignement et la défense de certaines parties du territoire en cas de nécessité. Ces volontaires viennent s’ajouter au recrutement exceptionnel de 6 000 jeunes pour le compte des forces armées. selon le colonel Boukaré Zoungrana, commandant de la brigade de veille et de défense patriotique,  » les volontaires prendront part aux opérations militaires sur le territoire national », a-t-il indiqué.

Rappelons que le Burkina-Faso fait face depuis 2015 à une crise sécuritaire généralisée sur l’ensemble du pays avec les terroristes qui occupent une bonne partie du pays. L’un des arguments du nouvel homme fort du Burkina Faso Ibrahim Traoré est de pacifier le pays en intensifiant la lutte contre le terrorisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here