Dans la lutte contre le terrorisme qui gangrène le Burkina Faso depuis 2015 dont le territoire est occupé à plus 40% par les terrostes, tous les moyens sont les bienvenus pour venir à bout de l’ennemi en vue de la reconquête du territoire perdu. Ainsi, l’usage de l’intelligence artificielle n’est pas exclue des moyens à y mettre en place par les nouvelles autorités du Faso. 

C’est en effet, dans ce cadre que l’African Institute of Business and Technology (AIBT) a organisé du 24 au 25 novembre 2022 en présentiel et en ligne une conférence internationale sur le thème « l’intelligence artificielle au service de la prédiction des attaques terroristes au Burkina Faso ». Il s’agit à travers cette conférence internationale de contribuer à la lutte contre le terrorisme au pays des hommes intègres. Et ceci grâce  au « ciblage et au renforcement en matière d’intelligence artificielle et des Machines Learning comme moyens alternatifs de prévention et de mitigation des risques sécuritaires. » Ont pris part à cette conférence hybride sur les tenants et les aboutissants du terrorisme, des participants venus du Burkina Faso, du Canada et de la Chine. Les échanges ont ainsi porté sur « l’intelligence artificielle comme moyen de lutte contre le terrorisme. »

Présidant la rencontre au nom du ministre de la défense, le colonel-major, Hamado Dabré, conseiller technique au ministère de la défense a estimé que  de telles conférences sont les bienvenues dans la mesure où les thématiques abordées sont dans l’ère du temps. « Aujourd’hui l’intelligence artificielle doit compter dans le combat de la lutte contre le terrorisme. Sous certains cieux, c’est avéré. Mais sous nos cieux, on est encore dans le balbutiement mais il le faut. Parce que c’est un pan dans la lutte contre le terrorisme », a-t-il indiqué avant de poursuivre « Les variables sont ici la proximité de la zone notamment du Mali et les réalités qui nous sont propres telles que le manque de prise en compte de la jeunesse au niveau du Sahel par les politiques, l’approche du gouvernement en matière de lutte contre le terrorisme, toutes ces variables peuvent intégrer dans le modèle pour que ça soit spécifique au Burkina Faso», a-t-il soutenu.

Lors de sa prestation, Andrew Python est dans son exposé,  revenu de long en large sur le terrorisme dont le but est « la provocation et la coercition avec la violence comme mécanisme » avant de brosser les moyens de lutter contre le terrorisme grâce à l’intelligence artificielle et aux Machines Learning. Pour lui, les Machines Learning avec des variables spatiales et des variables temporelles, pourraient aider à combattre le terrorisme si toutefois les réalités étaient prises en compte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here