Elles étaient environ 150 dont une quarantaine de filles nigérianes, ces prostituées qui ont manifesté jeudi dans les rues de Bruxelles pour rendre hommage à une des leurs mortellement poignardées le 05 juin dernier dans la rue de Linné à Schaerbeek.

L’objectif de cette marche dite ‘’d’une marche Blanche’’, était double. Rendre hommage à leur consœur  en déposant un rameaux de fleur sur le lieu du crime près d’une de ses photos  et dénoncer les violences dont les prostituées sont généralement victimes en Belgique.

« Ça a été décidé par le comité de quartier qui a demandé qu’on honore cette jeune fille et qu’on oublie jamais, explique Marie, travailleuse du sexe et porte-parole des prostitués. C’est le premier crime que l’on commet ici dans le quartier depuis de nombreuses années. Nous avons donc décidé, en accord avec les femmes africaines de faire cette marche aujourd’hui pour que ça ne se reproduise plus et pour qu’on n’oublie pas cette femme. Le moral n’est pas au beau fixe, parce que ce sont souvent des femmes dans des situations très précaires, qui sont sans papier. Ce crime, puis la fermeture des carrés, c’est difficile ».

Il faut rappeler que le 5 juin dernier, une jeune prostituée nigériane a été tuée au couteau dans la partie de la rue Linné située sur le territoire de Schaerbeek. Un meurtre qui a provoqué un vif émoi dans le quartier, les prostituées étaient d’ailleurs entrées en grève dans la foulée en dénonçant la lenteur de la police en cas d’appel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here