Spread the love

L’ancien président brésilien Luis Inacio Lula Da Silva, après avoir refusé samedi ne se rendre à la justice, a finalement annoncé ce samedi, qu’il accepterait d’être écroué. « Je ne suis pas au-dessus des lois », a-t-il dit à ses partisans, réunis au siège du syndicat des métallurgistes.

En tête des sondages pour la présidentielle prochaine pour être réélu, l’ancien président est visé par un mandat de dépôt dans le cadre de sa condamnation à douze ans de prison. Mais avant d’accepter de se livrer aux autorités du pays, Luis Inacio Lula Da Silva assisté à une messe en plein air organisée en hommage à son épouse décédée l’an dernier. Il a ensuite prononcé un important discours de près d’une heure de temps dans lequel il s’est dit « indigné ».par ce qui se passe, car selon lui il est victime du lynchage de l’opinion publique brésilienne avant de marteler qu’il n’y a pas de preuve contre lui et que la justice et le ministère public ont cédé à la pression des médias. «  Plusieurs journaux se réjouissent, dit-il, de voir la photo de Lula en prison » a-t-il indiqué.

Dans ce qu’on peut appeler discours de combat, Lula à martelé  « Je l’ai dit clairement avant au sujet du procès de l’appartement :  je suis la seule personne au monde à être condamné pour un appartement qui ne lui appartient pas. La police fédérale du « Lava Jato » quand elle a fait son investigation a menti en affirmant qu’il était à moi. Le Parquet lors de son accusation a aussi menti en réitérant qu’il était à moi. Et moi, j’ai pensé que le juge Moro allait éclaircir le problème, mais non, il a aussi menti en disant que l’appartement était à moi et m’a condamné à 9 ans de prison. C’est pour ça que je suis un citoyen indigné. Pendant mes 72 ans de vie, j’ai déjà fait beaucoup des choses, mais pas ça, je ne leur pardonne pas de m’avoir publiquement présenté dans la société comme un voleur. »

Rappelons que sa décision vient quelques heures après que le Tribunal suprême brésilien avait rejeté une nouvelle requête déposée par ses avocats qui demandaient la suspension du mandat de dépôt. L’ex-président, au pouvoir de 2003 à 2011, a été condamné à douze ans de prison pour corruption. Un juge fédéral lui avait donné jusqu’à 20h00 GMT vendredi pour se présenter de lui-même à la police et se constituer prisonnier afin de commencer à purger sa peine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here