Visiblement les adeptes de la franceafrique n’aiment pas la vérité et sont toutes les velléités d’émancipation de l’Afrique et qui prônent la rupture des oripis de la franceafrique. Très active sur les médias sociaux en matière d’éveil de conscience des peuples d’Afrique sur les conséquences néfastes de la franceafrique, Nathalie YEMB est dans le viseur des adeptes de cette nébuleuse de la franceafrique qui est la consécration de la présence française sur le continent africain. Après donc la Côte d’Ivoire qui l’avait expulsée en décembre 2019, c’est le tour  de la France de l’interdit d’entrée et de séjour sur son territoire.

En effet, c’est par un arrêté pris depuis  le 12 janvier 2022 mais gardé secret jusqu’à ce vendredi 14 octobre 2022 où les autorités françaises ont décidé de le communiqué à Nathalie Yamb, la concernée. C’est le deuxième pays franceafrique après la Côte d’Ivoire qui prend une mesure qui fait de Nathalie YEMB, personne ‘‘ nongrata  » sur leur territoire. Selon RFI, une source proche du dossier expliqué la décision de notifier la décision à la concernée vise à s’assurer qu’elle est bien informée de la décision  « Nous voulons nous assurer qu’elle est bien informée qu’elle est sous le coup de cette mesure pour incitation à la haine et à la violence », explique cette source.

Les autorités françaises reprochent à celle qui est considérée comme une activiste politique très active sur les réseaux sociaux, d’encourager le recours à la violence à l’encontre des symboles de la présence française en Afrique. Paris reproche également à Nathalie YEMB « des propos virulents à l’égard des positions françaises sur le continent africain susceptibles de favoriser l’entrisme des puissances étrangères hostiles à la France sur le continent africain et d’alimenter le développement d’un ressentiment populaire anti-français en Afrique, mais également parmi les diasporas africaines en France » indiquent nos confrères de la RFI.

Rappelons que c’est quelques jours après le sommet Russie-Afrique tenu à Sauchie en 2019 où elle avait pris des prositions claires contre la présence française en Afrique qu’elle a été expulsée et interdite d’entrée et de séjour sur le territoire ivoirien. Cette décision de Paris confirme encore une fois que les autorités françaises ne voient pas d’un bon œil toutes les personnes qui sont contre l’influence et la domination française sur les continent africain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here