Dans le cadre du lancement officiel du projet BIORISKS, un atelier virtuel sous-régionale  de deux jours s’ouvre demain mardi 06 Octobre 2020. Cette rencontre est organisée par CORAF et le Programme WAVE.

En effet, le lancent du projet BIORISKS vise à renforcer la résilience des agriculteurs face aux menaces biologiques en vue d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans dix (10) pays de l’Afrique de l’ouest et du centre. Il s’agit plus spécifiquement d’aider les agriculteurs à anticiper et gérer les risques biologiques, qui ruinent les efforts de productivité agricole. BIORISKS est financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le CORAF et WAVE dans le cadre du projet intitulé « Anticiper et gérer les risques biologiques pour renforcer la résilience des agriculteurs au changement climatique en Afrique de l’Ouest et du Centre – BIORISKS » lit-on dans un communiqué rendu public par CORAF et dont copie a été envoyé à la rédaction d’Afrique-News. Ainsi, la mise en oeuvre de ce projet va aider les agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, à juguler l’impact négatif des parasites et autres maladies, sur les spéculations.

Prennent par à cet atelier de lancement du projet, des collaborateurs du Programme WAVE et du Secrétariat Exécutif du CORAF, des chercheurs des hubs du Programme WAVE, des chercheurs du Centre Régional d’Excellence sur les Racines et Tubercules, le représentant du BIMAF (Biorisk Management Facility). Des représentants de la Délégation de la Commission de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire, des représentants de l’Université Félix Houphouët-Boigny et le Centre National de la Recherche Agronomique de Côte d’Ivoire sont également attendus. Selon Dr Abdou Tenkouano, Directeur exécutif du CORAF « Le projet BIORISKS entend se focaliser sur la maladie du virus de la mosaïque du manioc (Cassava mosaic disease – CMD), la maladie de la striure brune du manioc (Cassava brown streak disease CBSD), la chenille légionnaire d’automne et les mouches des fruits, » a-t-il indiqué. De son côté, le Prof. Justin Pita, Directeur exécutif de WAVE estime que « Face à une population sans cesse galopante requérant donc une productivité agricole plus soutenue afin d’en garantir la nutrition, ces parasites et maladies constituent de redoutables menaces biologiques qui compromettent sérieusement la sécurité alimentaire et l’atteinte de l’objectif de développement durable (ODD) N°2 —zéro faim— et de façon indirecte, plusieurs autres ODD tels que l’ODD N°1 —pas de pauvreté— et l’ODD N°3 —bonne santé et bien-être, » a déclaré le Prof. Justin Pita, Directeur exécutif de WAVE.

D’une durée de 5 ans, le projet est financé par l’Union européenne et la mise en œuvre est confiée au CORAF et au Programme Central and West African Virus Epidemiology for food security (WAVE), de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan qui est un programme de recherche international visant à assurer la sécurité alimentaire en Afrique grâce à des efforts coordonnés visant à contrôler la propagation des maladies virales des plantes, en particulier les plantes à racines et tubercules, qui affectent les moyens de subsistance des petits agriculteurs africains. A terme, le projet BIORISKS va contribuer à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, dans dix pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre à savoir :  Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Nigeria, République Démocratique du Congo, Sierra Leone et Togo. Ceci grâce notamment à l’amélioration de la productivité des agriculteurs et en la stabilisation des rendements et des revenus des principales cultures vivrières et fruitières de ces pays cibles.

Il convient de rappeler que le projet BIORISKS fait partie de l’initiative DeSIRA Development Smart Innovation through Research in Agriculture(DeSIRA). Le CORAF quant à lui, met en œuvre trois projets de l’initiative DeSIRA. Les deux autres sont le CAADP-XP4 et Renforcement des réseaux et des capacités institutionnelles en amélioration des plantes pour le développement de cultures résilientes répondant aux besoins des paysans d’Afrique de l’Ouest (ABEE). Il existe actuellement près de 14 initiatives DeSIRA à travers l’Afrique de l’Ouest et du Centre, pour un montant de près de 70 millions d’euros. DeSIRA a pour objectif de stimuler l’innovation dans la transformation des systèmes agricoles et alimentaires, particulièrement dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire afin de mieux résister aux effets du changement climatique, et aux menaces biologiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here