Malgré les 52% de la population togolaise que représentent les femmes au Togo, elles sont  généralement très peu représentées au sein de la représentation nationale. Pour les législatives du 20 décembre prochain, plusieurs parti notamment, l’Union des forces de changement(UFC) veulent apporter du nouveau en positionnant plusieurs femmes non seulement sur les listes mais surtout comme tête de liste.

Que ce soit des listes indépendantes ou de partis politiques, on note un engouement et engagement des femmes à cette élection. Signe d’un renouveau qui s’annonce les 5 prochaines années à l’Assemblée nationale et tout porte à croire que l’heure de la femme togolaise a sonné pour contribuer enfin, à la résolution des problèmes du pays notamment les réformes constitutionnelles et institutionnelles et l’alternance pacifique afin d’arriver au développement sociopolitique et économique profitable à tous.

Comment justifier cet engagement des femmes sur la scène politique ?

Christelle PETIT, l’une des candidates du parti historique de l’opposition togolaise l’Union des Forces du Changement dans le Grand Lomé donne une explication. Pour elle, il s’agit d’un appel ou mieux d’une mission à elle confiée pour la reconstruction du pays « C’est d’abord une mission, un appel sacerdotal. Nous sommes porteurs de messages de paix et de reconstruction de ce pays. Nous ne pouvons plus nous permettre de conseiller les acteurs : l’heure est arrivée que nous montions nous mêmes au créneau pour travailler. Ce pays a besoin de nous », a-t-elle fait savoir.

Pour elle, il faut passer à un  nouvellement de la classe politique dirigeante avec des personnes compétences ayant de véritable engagement patriotique pour faire du Togo l’or de l’humanité. C’est raison laquelle elle sollicite les voix des togolais pour son élection le 20 décembre. Pour ce faire, elle s’engage à transformer les préoccupations des populations en générale et les femmes principalement en proposition de loi à l’Assemblée nationale.

Elle fait ainsi de la défense des allocations sociales pour les couches vulnérables et les chômeurs ; la modernisation de l’agriculture pilier du développement du pays ainsi que de  la pacification de la vie politique les piliers de la préoccupation première une fois à l’Assemblée nationale.

Elle invite ainsi les togolais qui aspirent à avoir un pays apaisé et une alternance assurée et pacifique, à continuer par faire confiance au parti de l’opposant historique Gilchriste Olympio en votant massivement le 20 Décembre pour les candidats de l’UFC.

La future élu du peuple pour le compte de l’UFC ne perd pas de vue que tout ceci n’est possible que si  «  la tolérance et le vivre ensemble règnent sur la terre de nos aïeux, l’or de l’humanité ».

Voici le programme des meetings de l’UFC pour les prochains jours.

Le 11/12/2018 CEG Agoè kossigan à 14 h ; le 12/12/2018 Kpongan Agodeke à 14 h ; le 14/12/2018 à 14 h Amoutievé à côté du marché ; le15/12/2018 Terrain de Totsi à 14h ; le16/12/2018 Bè devant la maison du chef Aklassou à 15h ; le 18/12/2018 Aflao sagbado à 14h.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here