Pour la première fois, la salle plénière Nelson-Mandela qui a l’habitude d’accueillir la réunion des chefs d’État et du gouverneurs de l’Union Africaine à Addis-Abeba, était vide le jour où se tient le sommet de l’Union Africaine. Tout comme ses pairs, le président togolais Faure Gnassingbé  était dernière un écran pour participer aux travaux du 34èm sommet de l’UA en mode vidéoconférence.

En effet, avant ce jour, l’UA avait annoncé un ordre du jour « simplifié », à la demande des chefs d’État qui avaient mis en avant la complexité de l’organisation. Ce qui a d’ailleurs été malheureusement le cas dans la mesure où le son de la cérémonie a été entrecoupé rendant quasiment inaudibles la plupart des interventions des chefs d’État. Au cours des travaux, l’unité africaine face au Covid-19 a été saluée par les chefs d’État en mettant l’accent sur la lutte contre le Covid-19 et ses conséquences socio-économiques.

Que ce soit Cyril Ramaphosa,  président sud-africain président en exercice de l’UA ou du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat , tous ont mis en avant « l’unité et la solidarité » des pays africains face à l’épidémie en ce qui concerne sa « résilience » face à la pandémie. Outre la crise sanitaire mondiale qui a des conséquences importantes sur les pays africains, Faure Gnassingbé et ses pairs ont également parlé de la  Zone de libre-échange entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021, les défis sécuritaires et la réforme institutionnelle.

Enfin, l’élection du nouveau président  en exercice de l’Union pour l’année 2021, du président et vice-président de la commission ainsi que des commissaires, font partie de l’agenda de ce 34èm sommet des chefs d’État de l’UA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here